x

Face à la guerre – Dialogues européens : Lecteurs

27.05.2024
<strong><strong><strong><strong>Ahmet Insel</strong></strong></strong></strong>

Ahmet Insel

Politiste et universitaire (Turquie)

Ahmet Insel, né en 1955 à Istanbul, a été maître de conférence à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne et professeur à l’Université Galatasaray. Actuellement il participe à distance aux comités éditoriaux de la maison d’édition Iletisim et de la revue mensuelle Birikim en Turquie. Ces ouvrages publiés récemment sont Le national-capitalisme autoritaire (avec Pierre-Yves Hénin), Editions Bleu Autour, 2021 et La nouvelle Turquie d’Erdogan? Du rêve démocratique à la dérive autoritaire, Editions La Découverte, 2017.

<strong><strong><strong><strong>Alexandre Lévy</strong></strong></strong></strong>

Alexandre Lévy

Journaliste et écrivain franco-bulgare

Alexandre Lévy est journaliste indépendant, spécialiste de l’ex-Union soviétique et des Balkans. Il collabore actuellement à l’hebdomadaire Courrier International à Paris et au quotidien suisse Le Temps, où il est en charge de l’actualité russe. Il est notamment l’auteur d’une enquête policière, Le Gang des Barbares (Hachettes Littératures, Paris), parue en 2009 et d’un livre plus personnel, Carnets de la Strandja, 1989-2019, d’un mur l’autre (Buchet-Chastel, Paris), dans lequel il revient sur ses années d’enfance et d’adolescence en Bulgarie. Un pays où il a effectué son service militaire avant la chute du régime de Todor Jivkov. 

<strong>Besa Luci</strong>

Besa Luci

Rédactrice (Kosovo)

Rédactrice, chercheuse et productrice, Besa Luci est également cofondatrice et rédactrice en chef de Kosovo 2.0, publié en albanais, en anglais et en serbo-croate. Réunissant commentaires et reportages politiques, sociaux et culturels, ce magazine régional a su créer un espace de discussion différent et nécessaire. Besa Luci participe activement aux conversations publiques, aux projets liés à l’innovation dans les médias, mais aussi à l’excellence journalistique et aux initiatives culturelles. Elle a également été assistante d’enseignement au département de journalisme de l’université de Prishtina entre 2013 et 2019.

<strong><strong><strong>Boyko Vasilev </strong></strong></strong>

Boyko Vasilev

Journaliste (Bulgarie)

Boyko Vasilev est un célèbre journaliste bulgare, présentateur et producteur de l’émission Panorama de la Télévision nationale bulgare BNT. Expert des Balkans, il relate pour la BNT les événements en Serbie, en Bosnie et Herzégovine, et en République de Macédoine, la guerre en Bosnie-Herzégovine en 1994-1995, le conflit du Kossovo (1998), les frappes aériennes de l’OTAN à Belgrade en 1999, les protestes contre Slobodan Milosevic (2000). Dans ses émissions, une rubrique d’analyse du journaliste présente son point de vue sur l’actualité et les grands enjeux internationaux. Parallèlement, il tourne des reportages et des documentaires ; de 2010 à 2016, il est le producteur de la série documentaire sur les questions internationales Le monde en direct. Il relate les guerres en Syrie (2012) et en Irak (2015). En juin 2001, il organise une émission exceptionnelle de Panorama depuis Skopje destinée au conflit en Macédoine. Boyko Vassilev est vice-président de la Fondation Saints Cyrille et Méthode et membre du Conseil d’administration de l’Institut d’études régionales et internationales (IRIS).

<strong><strong><strong><strong>Christine Cadot</strong></strong></strong></strong>

Christine Cadot

Professeure en sciences politiques (France)

Christine Cadot is a Professor of political science at the University of Paris 8 and a member of the CRESPPA research unit (Center for Sociological and Political Research in Paris  |  CNRS, Univ. Paris 8 , Univ. Paris Nanterre).
Her teaching, research and writing focus on commemorative policies, dominant and counter-narratives as well as on the visual and symbolic representations of the European Union (Mémoires politiques européennes, Presses universitaires de Vincennes, 2019; Pantheonised Europe. Official and ordinary representations of Europe in Paris, habilitation manuscript, 2022).

https://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/equipe/les-membres-du-labtop/cadot-christine/

<strong>Clotilde Warin</strong>

Clotilde Warin

Chargée des affaires européennes au Centre d’Analyse, de Prévisions et de Stratégie, du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (France)

Clotilde Warin est chargée des affaires européennes au Centre d’Analyse, de Prévisions et de Stratégie, du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Chercheuse, elle enseigne la politique extérieure de l’Union Européenne à Sciences Po Paris. Jusqu’en 2020, elle fut responsable de la revue Confrontations Europe qui analyse les enjeux sociaux, économiques et politiques en Europe.

<strong><strong><strong>Constantin Sigov</strong></strong></strong>

Constantin Sigov

Philosophe (Ukraine)

Le philosophe ukrainien Constantin Sigov, qui dirige le Centre européen à l’Université Mohyla de Kiev, a été directeur d’études associé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris de 1992 à 1995. Il a contribué à l’établissement du Vocabuaire européen des philosophies (Paris, Seuil/Le Robert, 2004) et a fondé à Kiev la maison d’édition Duh i litera (L’Esprit et la lettre), qui a publié des traductions ukrainiennes faisant autorité de grands penseurs comme Montaigne, Descartes, Pascal, Paul Ricoeur, Emmanuel Levinas et François Furet. Ami de Paul Ricoeur et de Charles Taylor, il les a accueillis à l’Université de Kiev. Pour son inlassable activité de bâtisseur de ponts entre les cultures, Constantin Sigov a été décoré par la France au grade d’officier de l’Ordre des Palmes académiques. En 2014, il a soutenu la Révolution du Maïdan, dont il a été une grande voix. Son œuvre personnelle de penseur, qui occupe une place majeure dans le monde slave, rencontre un vif écho international.
https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/19537/placards-libelles-12-lettre-de-kiev
Les derniers ouvrages de Constantin Sigov (2022-2023)  :
Le courage de l’Ukraine. Une question pour les Européens, Paris, Éditions du Cerf,  2023, 204 pages.
Quand l’Ukraine se lève. La naissance d’une nouvelle Europe, Paris,Talent Éditions,  2022, 274 pages.

<strong><strong><strong><strong>Cyril Blondel</strong></strong></strong></strong>

Cyril Blondel

Maître de conférences en géographie (France)

Cyril Blondel est maitre de conférences en géographie à l’université de Reims Champagne-Ardenne, France. Il est responsable du Master géopolitique. Ses travaux portent sur la stigmatisation des territoires frontaliers et périphériques en Europe. Il s’interroge notamment sur les liens entre périphéralisation et marginalisation sociale des minorités sexuelles dans ces territoires. Il a travaillé sur la frontière Serbie/Croatie dans le cadre de sa thèse, l’Estonie, le Nord de la Lorraine et le Nord-Pas-de-Calais dans le cadre de deux post-doc européens, et sur les Ardennes depuis 4 ans.

Lien
https://whereiseurope.wordpress.com/

<strong><strong>Dejan Ubovic</strong></strong>

Dejan Ubovic

Directeur du GRAD, le Centre européen pour la culture et le débat (Serbie)

Dejan Ubovic a étudié l’anthropologie et la gestion de projets à Belgrade. À la fin des années 90, il travaille comme journaliste sur des stations de radio indépendantes d’où il lance la première émission de radio hebdomadaire après la guerre dans les Balkans qui comprenait 14 villes de tous les pays de l’ex-Yougoslavie.  Parallèlement (mars 2000), il est fondateur de l’ONG Front culturel, organisation leader dans de nombreux projets différents en Serbie mais aussi dans les Balkans – festivals régionaux, conférences, expositions, etc. En 2009, il fonde et dirige le Centre européen pour la culture et le débat – GRAD qui devient rapidement le point de rencontre et le « refuge » de nombreuses initiatives, organisations et événements de jeunes, tels que la semaine de la fierté, les organisations de la société civile œuvrant dans différents domaines, les maisons d’édition indépendantes, etc. En 2012, il a été l’un des fondateurs de l’Association de la scène culturelle indépendante de Serbie.  En 2020, il lance le « Musée des années 90 » en tant que centre régional pour la réconciliation, l’éducation et la coopération future. Il est également membre actif du groupe stratégique d’une initiative européenne « A Soul for Europe ».

<strong><strong><strong><strong>Dimitris Christopoulos</strong></strong></strong></strong>

Dimitris Christopoulos

Professeur à l’Université Panteion (Grèce)

Dimitris Christopoulos est un universitaire et un intellectuel grec. Doyen de la faculté des sciences politiques de l’université Panteion et professeur de politologie au département des sciences politiques et d’histoire de cette université. Il a également été président de la Ligue grecque des droits de l’homme (2003-2011) et de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) à Paris de 2016 à 2019. 

Plus d’informations sur son parcours professionnel :
 https://polhist.panteion.gr/images/DEP/Christopoulos/CHRISTOPOULOS24_CV_EN.pdf

<strong><strong><strong><strong>Elena Maximin</strong></strong></strong></strong>

Elena Maximin

 Rédactrice en chef adjointe du Grand Continent  (France)

Formée en économie à l’École normale supérieure, HEC Paris et Columbia, membre de la rédaction de la revue Le Grand Continent, revue de référence dans le débat stratégique et intellectuel européen éditée par le Groupe d’études géopolitiques (GEG).

<strong><strong><strong><strong>Elodie Bordat-Chauvin</strong></strong></strong></strong>

Elodie Bordat-Chauvin

Sociologue politique (France)

Elodie Bordat-Chauvin est sociologue politique (Université Paris 8 – CRESPPA). Elle enseigne les politiques culturelles à l’Institut d’études européennes dans le master « Politiques et gestion culturelles en Europe ». Ses publications les plus récentes sur les politiques culturelles et la participation culturelle en Europe et en Amérique latine figurent dans les revues Participation (2024), Biens Symboliques-Symbolic Goods (2023), Cultural Trends (2022) et International Journal of Cultural Policy (2017). Son ouvrage « Comparing Cultural policies Changes » est publié chez Peter Lang en 2015) (en français chez l’Harmattan, 2018). Elle travaille actuellement sur les dynamiques des politiques culturelles dans les régimes illébéraux et les formes subalternes de réponse et d’activisme en Pologne et notamment l’utilisation de répertoires de mobilisation artistiques par les mouvements de résistance et d’activisme féministe.

Fabrice Puchault

Fabrice Puchault

Directeur de l’Unité Société et Culture d’ARTE France (France)

Né en 1965, Fabrice Puchault  a fait des études de Lettres et il est diplômé de la FEMIS.
Producteur indépendant de documentaires (1992-2003), il rejoint France Télévisions en 2003, au sein de France 3, chargé des programmes Sciences et Découverte et des coproductions internationales. Il entre à France 2 en 2005, où il occupe le poste d’Adjoint à la Directrice artistique des magazines et documentaires, puis celui de Secrétaire Général de l’antenne et des programmes  de la chaîne (2008-2011).
En 2011, il est nommé Directeur de l’unité de programmes documentaires de France 2. 
Depuis Février 2016 au sein d’ARTE France il est Directeur de l’Unité Société et Culture, qui regroupe documentaires et magazines traitant d’Investigation, de la Géopolitique, la Société, l’Histoire, la Culture et les documentaires de création.  
ARTE diffusée en 6 langues a pour mission de produire et diffuser sur l’ensemble de ses plateformes linéaires et non-linéaires des récits qui enrichissent et déplacent les imaginaires et les regards des spectateurs d’Europe au moyen de programmes créatifs et innovants.

Par ailleurs Chargé de cours à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne de 2011 à 2020. Auditeur du CHEID (Ministère des Affaires Etrangères et de l’Europe) pour l’année 2021.

<strong><strong><strong>Frédéric Martel</strong></strong></strong>

Frédéric Martel

Sociologue, écrivain et journaliste (France)

Écrivain, universitaire et journaliste, Frédéric Martel est titulaire d’un doctorat en sciences sociales (EHESS, Paris). Il est également titulaire de Masters en Sciences Sociales, Science politique, Droit public et Philosophie.
Professeur d’université (tenure), il est titulaire depuis 2020 de la chaire « économie créative » à l’université ZHdK à Zurich et responsable de la recherche du Zurich Centre for Creative Economies (ZCCE/ZHdK). Ses travaux portent sur Internet, la politique culturelle, le « soft power », la diplomatie d’influence, les industries créatives, les médias, les « smart cities » et les questions relatives aux droits de l’homme.
F. Martel a été associé au CERI, le Centre d’Études et de Recherches Internationales de Sciences Po à Paris. Il a enseigné à l’ESSEC, Sciences-Po Paris et au MBA d’HEC.
Il est l’auteur de nombreux ouvrages. Son dernier livre, Sodoma, Enquête au cœur du Vatican (Robert Laffont, 2019), a été traduit dans une vingtaine de langues et il fut un best-seller dans une quinzaine de pays (et un « New York Times bestseller »). Frédéric Martel anime chaque dimanche en direct sur France Culture/Radio France, « Soft Power, le magazine des industries créatives et du numérique ». Il est aussi grand reporter : il collabore au Point, à Slate, à l’Express, au Nouvel Obs et d’autres revues et magazines.

Gergely Romsics

Gergely Romsics

Chercheur, Institut d’histoire (Hongrie)

Gergely Romsics est un historien des idées et de la pensée politique qui explore de nombreux domaines adjacents à ses recherches, notamment l’histoire des relations internationales et les usages et abus de l’histoire et de la mémoire. Il est l’auteur de nombreuses monographies (parmi lesquelles Mythe et Souvenir et Mémoire de l’Empire des Habsbourg, disponibles en anglais). Ancien diplomate culturel, il est actuellement chercheur au Centre de recherche en sciences humaines de Budapest, tout en enseignant à l’université Eötvös Loránd. Son travail actuel, qu’il mène dans le cadre du programme Richard G. Plaschka à l’université de Vienne, porte sur la manière dont l’extrême droite a pensé l’ordre européen au lendemain de la Grande Guerre. Tout en concentrant ses recherches sur l’histoire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, M. Romsics continue à contribuer à l’actualité à travers des entretiens et des articles sur la mémoire, la culture politique et les relations internationales en Europe centrale qui paraissent dans diverses publications hongroises et anglophones.

Gueorgi Gospodinov

Gueorgi Gospodinov

Écrivain (Bulgarie)

Poète, novelliste et romancier, Gueorgi Gospodinov est un écrivain bulgare. Ses œuvres mêlant poésie, fiction et ironie font de lui une grande plume de la littérature contemporaine européenne. Il est qualifié comme le « Proust venant de l’Est » par le journal italien La Repubblica. Ses œuvres, traduites dans plusieurs dizaines de langues, sont récompensées de nombreux prix, notamment celui du Prix International Booker pour Time Shelter (Le Temps du passé) en 2023.

<strong><strong><strong>Hristo Hristev</strong></strong></strong>

Hristo Hristev

Professeur associé de droit à l’Université de Sofia (Bulgarie)

Hristo Hristev, juriste, avocat, professeur de droit européen à l’Université de Sofia Saint-Clément d’Ohrid Titulaire d’un doctorat en droit (2012) de l’Université de Lorraine et spécialiste du droit de l’Union européenne, Hristo Hristev est professeur associé à la Faculté de droit de l’Université de Sofia Saint-Clément d’Ohrid. Il est également membre et coordinateur pour la Bulgarie du Réseau académique européen sur le droit pénal, membre de l’Ordre des avocats de Sofia et formateur au Centre de formation des avocats « Krastyu Tsonchev » du Conseil supérieur du barreau de la République de Bulgarie. Il dirige le master francophone « Droit de l’Union européenne » de l’Université de Sofia Saint-Clément d’Ohrid.

<strong><strong><strong><strong>Igor Štiks</strong></strong></strong></strong>

Igor Štiks

Écrivain (Serbie)

Igor Štiks est l’auteur des romans A Castle in Romagna et The Judgment of Richard Richter (Le Serpent du destin initialement publié sous le titre La chaise d’Elijah), qui ont remporté de nombreux prix et ont été traduits en 15 langues. Son nouveau roman W, est à la fois un roman policier et une réflexion sur un siècle de lutte révolutionnaire en Europe. Titulaire d’un doctorat de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’université Northwestern, Igor Štiks a ensuite publié une monographie intitulée Nations and Citizens in Yugoslavia and the Post-Yugoslav States : One Hundred Years of Citizenship (Bloomsbury, 2015). Avec Jo Shaw, il a édité les collections Citizenship after Yugoslavia (Routledge, 2013) et Citizenship Rights (Ashgate, 2013), et, avec Srećko Horvat, Welcome to the Desert of Post-Socialism (Verso, 2015). Il a été honoré de la distinction française Chevalier des arts et des lettres pour ses réalisations littéraires et intellectuelles.

<strong>Ildiko Otova</strong>

Ildiko Otova

Enseignante-chercheuse en sciences politiques, Nouvelle université Bulgare (Bulgarie)

Ildiko Otova enseigne les sciences politiques à la Nouvelle université Bulgare. Elle travaille également comme chercheuse au CERMES (Centre d’études sur les réfugiés, les migrations et les ethnies, Nouvelle université bulgare). Ses enseignements et ses travaux de recherche portent sur les questions de migration et de réfugiés, l’intégration, les politiques urbaines et la citoyenneté, le populisme, l’extrême droite et les formes actuelles d’antisémitisme.

<strong><strong><strong><strong>Ina Kancheva</strong></strong></strong></strong>

Ina Kancheva

Мusicienne (Bulgarie)

Ina Kancheva est diplômée en chant lyrique de l’Académie nationale de musique « Prof. Pancho Vladigerov » à Sofia.
Elle est lauréate de nombreux concours prestigieux tels que Jeunes talents musicaux, Pancho Vladigerov, Montserrat Caballé, Manuel Ausensi, Spyros Argiris, DEBUT, Viotti, As.Li.Co, etc. Elle a reçu le prix de « Musicien de l’année » en 2002 en Bulgarie.
De 2002 à 2006, Ina Kancheva a été soliste à l’Opéra de Hanovre, et de 2005 à 2011 à l’Opéra de Stuttgart, où elle a interprété les rôles de Giulietta dans « I Capuleti e i Montecchi », Mimi dans « La Bohème », Violetta dans La Traviata, la comtesse Adèle dans « Le Comte Ory », Lucio Cinna dans « Lucio Silla », Micaëla dans « Carmen », Fiordiligi dans « Così fan tutte », Pamina dans « Die Zauberflöte », etc.
En 2020 et 2021, Ina Kancheva collabore étroitement avec l’Orchestre de la Radio nationale de Berlin (RSB) et réalise plusieurs enregistrements et concerts. Pendant cette période, elle a participé à de nombreux récitals à Madrid, Weimar, Berlin et Paris, ainsi qu’à plusieurs projets de musique de chambre des Concerts de Poche et de France Musique-France et de la Fondation Juan March en Espagne, entre autres.
Elle s’est produite en tant que soliste dans différents festivals en Bulgarie et à l’étranger, ainsi que dans de nombreux opéras en Allemagne, à l’Opéra royal du Danemark, au Covent Garden de Londres, à la Scala de Milan, etc.

<strong><strong><strong>Iulian Groza</strong></strong></strong>

Iulian Groza

Directeur de IPRE (Moldavie)

Iulian Groza est le directeur exécutif de l’Institut pour les politiques et les réformes européennes (IPRE). Il a été vice-ministre des affaires étrangères et de l’intégration européenne de la République de Moldavie, chargé de l’intégration européenne et du droit international. En 2022, il a été nommé représentant de la société civile au sein du Conseil suprême de sécurité (Moldavie) et du Comité national pour l’intégration européenne (Moldavie). Iulian Groza est un expert en relations internationales, en affaires européennes et en bonne gouvernance, avec une attention particulière pour les pays du partenariat oriental de l’UE, la coopération transatlantique et la Russie. M. Groza est titulaire d’un diplôme universitaire en droit. Il a également fait des études européennes de troisième cycle à l’université de Birmingham et des études sur la sécurité de l’OTAN à la SNSPA de Bucarest.

<strong><strong><strong><strong>Laurent Marchand</strong></strong></strong></strong>

Laurent Marchand

Journaliste (France)

Laurent Marchand, né à Rennes en 1963, diplômé d’une maitrise de lettres modernes. A été enseignant, traducteur et interprète à Rome avant de devenir journaliste en 1990. Correspondant en Italie et au Vatican de Radio France de 1992 à 2008 (sous le nom de Laurent Morino). Participe à de nombreux voyages du Pape Jean Paul II (Cuba, Inde, Terre Sainte, Pologne, USA, Lituanie etc…). Depuis 2008, éditorialiste de politique étrangère à Ouest-France, au bureau parisien du journal. En charge également au sein de la rédaction en chef des partenariats éditoriaux à l’international (notamment avec le groupe de presse allemand Funke) ainsi que de la formation des journalistes du groupe aux questions européennes. 

<strong><strong>Maria Kassimova Moisset</strong></strong>

Maria Kassimova Moisset

Écrivaine (Bulgarie)

Maria Kassimova-Moisset est née le 5 octobre 1969 à Sofia. Détentrice d’un diplôme en langue et littérature bulgares de l’Université de Sofia, elle a suivi le master « L’art, un mode de penser » à la Nouvelle université bulgare. Sa carrière de journaliste a débuté par un concours d’animateurs du programme pour les jeunes Formule 5 à la télévision nationale (BNT), qu’elle a remporté. Elle a travaillé au service culture de plusieurs journaux : Standart, 24 Tchassa, Demokratsia, Sega (quotidien et magazine hebdomadaire). Elle a occupé lеs postes de directrice de la publication au magazine lifestyle Edno, directrice adjointe du magazine ELLE Bulgarie, directrice du magazine Capital LIGHT et fondatrice et directrice du magazine HEЯR. Depuis 2010, journaliste indépendante. M. Kassimova-Moisset a suivi des formations en étiquette et protocole à Londres et à Bruxelles. Son premier livre Rencontres rapprochées avec sentiments mixtes a été publié en 2017. En 2018, son premier roman Rhapsodie balkanique a vu le jour à son tour, traduit en français. Elle est autrice de séries audio comiques sur la plateforme audio Storytell : Chronique du Château Lacrotte et Chronique du Château Lacrotte : résidence Zlokoutchané, également sorties sous forme de livres. En 2022, elle a publié son dernier livre, Monologues. Tous ses livres sont parus aux éditions Colibri. Depuis quelques années, elle présente au public ses propres spectacles de storytelling : Histoires en chute libre et Etoile rouge, imm. 28. Citoyenne active, elle soutient diverses causes liées à la lutte contre les violences domestiques, au féminisme et à l’égalité en droits civiques. Elle est mariée et mère de deux filles.

Marie Vrinat-Nikolov

Marie Vrinat-Nikolov

Universitaire (France / Bulgarie)

Marie Vrinat-Nikolov, ancienne élève de l’ENS de Sèvres et agrégée de Lettres classiques, professeur des universités en langue et littérature bulgares et en théorie de la traduction littéraire à l’INALCO, co-responsable du master de traduction littéraire de l’INALCO, co-rédactrice en chef de la revue Slovo, est l’auteur de manuels de bulgare, ainsi que de nombreux articles et ouvrages sur l’histoire de la littérature bulgare, l’histoire de la traduction en Bulgarie et la pensée de la traduction littéraire. Elle a traduit en français plusieurs écrivains et poètes bulgares, classiques et contemporains, tels que Yordan Yovkov, Ivan Vazov, Aleko Konstantinov, Yordan Raditchkov, Ivailo Petrov, Viktor Paskov, Konstantin Pavlov, Guéorgui Gospodinov, Emilia Dvorianova, Alek Popov, Théodora Dimova, Rene Karabash (une cinquantaine de livres) et consacre un site web à la littérature bulgare contemporaine : http://litbg.eu/

<strong>Mathias Enard</strong>

Mathias Enard

Ecrivain (France)

Ecrivain français, Mathias Enard est l’auteur de nombreux romans salués par la critique et le public. Polyglotte, il est également traducteur en français de l’arabe, du persan et de l’espagnol. En 2003, son premier ouvrage La perfection du tir paraît et remporte l’année suivante le Prix des cinq continents de la francophonie et le Prix Edmée-de-La-Rochefoucauld. Par la suite, ses œuvres Zone, ainsi que Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants et Rue des voleurs, sont également distinguées par divers prix. En 2015, son roman Boussole, qui explore la vision de l’orient par l’occident, reçoit le Prix Goncourt. Son dernier roman, Déserter (2023), qui se déroule pendant la Deuxième Guerre mondiale, interroge notre rapport à la violence et à l’histoire. Ses livres sont traduits en plus de vingt langues. Il est officier de l’ordre des Arts et des Lettres (2016).

Maximilien Durand

Maximilien Durand

Directeur du Département des Arts de Byzance et des Chrétientés du Musée du Louvre (France)

Maximilien Durand, né en 1976, est diplômé de l’École du Louvre et titulaire d’une maîtrise de l’École Pratique des Hautes Études pour ses recherches sur les textes hagiographiques conservés au Département des Antiquités égyptiennes du Louvre. De 2007 à 2008, il est directeur scientifique de l’ONG Patrimoine sans Frontières. En 2008, il rejoint le Musée des Arts Décoratifs de Paris en tant que responsable de la conservation et de la restauration, et de 2011 à 2017 il est directeur du Musée des Tissus et des Arts Décoratifs de Lyon. De 2018 à 2019, il est directeur de la conservation de Christian Dior Couture, et depuis janvier 2021, directeur adjoint des collections et de la recherche des Musées de Paris, parallèlement à ses fonctions de conservateur des catacombes de Paris. 
Maximilien Durand est également professeur à l’École du Louvre et auteur de nombreuses publications, et a organisé plus de vingt-cinq expositions, notamment Antinoopolis : Au-delà de la vie, au-delà de la mode. Ombres d’élégance dans le désert au Musée des Tissus de Lyon en 2013-2014. Il a occupé les fonctions de vice-président du Centre International d’Étude des Textiles Anciens (CIETA) et de président de l’Association Internationale pour l’Étude des Textiles de la Route de la Soie. Il a également mené des projets internationaux sur la conservation, la restauration et la valorisation du patrimoine culturel des communautés orthodoxes de tradition byzantine, notamment dans les régions comprises dans le périmètre géographique du futur département : Albanie, Kosovo, Macédoine, Serbie, Biélorussie et Russie. Il a également réalisé une étude scientifique des collections textiles byzantines et coptes à la Fondation Cotsen de Los Angeles. 
En tant que directeur du département, Maximilien Durand est chargé d’en définir le projet scientifique et culturel, d’en proposer l’aménagement et la présentation et d’en superviser la réalisation en collaboration avec l’équipe d’architectes (sélectionnée par un concours international d’architecture et de muséographie). Il dirige également une équipe de dix-huit experts, en charge d’une collection de plus de vingt mille objets. 

<strong><strong><strong><strong>Michel Foucher</strong></strong></strong></strong>

Michel Foucher

Géographe (France)

Michel Foucher est géographe, diplomate et essayiste. Il a été ambassadeur de France en Lettonie, conseiller du ministre des Affaires étrangères, directeur du Centre d’analyse et de prévision, directeur des études de l’Institut des hautes études de défense nationale. Il a été également professeur au Collège d’Europe de Natolin (Pologne). Il est membre du conseil d’orientation du Cycle des hautes études européennes.
Derniers ouvrages parus : 
Ukraine Russie, la carte mentale du duel, Tract n° 39, Gallimard (mai 2022) ; Ukraine, une guerre coloniale en Europe, éditions de l’Aube (septembre 2022) ; Arpenter le monde, mémoires d’un géographe politique, Robert Laffont, 2021.

<strong><strong><strong><strong><strong><strong><strong><strong>Milana Čergić</strong></strong></strong></strong></strong></strong></strong></strong>

Milana Čergić

Anthropologue, Postdoctorante à l’Université Johannes-Gutenberg de Mayence (Bosnie-Herzegovine)

Milana Čergić est docteure en anthropologie et se spécialise dans les transformations économiques et socialistes dans les Balkans, notamment en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro. Elle a soutenu sa thèse sur une entreprise de supermarchés bosnienne en 2022 à l’Institut Max Planck pour l’anthropologie sociale en Allemagne, en cotutelle avec l’EHESS Paris. Postdoctorante à l’université de Mayence, elle mène actuellement un terrain de recherche ethnographique au Monténégro, où elle analyse comment les outils numériques façonnent les imaginaires de la redistribution. 

<strong><strong><strong><strong><strong><strong><strong><strong>Radosveta Krastanova</strong></strong></strong></strong></strong></strong></strong></strong>

Radosveta Krastanova

Directrice de l’Espace francophone de la Nouvelle université bulgare (Bulgarie)

Radosveta Krastanova est Directrice de l’Espace francophone de la Nouvelle université bulgare où elle y est également enseignante au département d’économie. Docteure en science politique, elle est spécialiste de l’histoire des mouvements écologistes en Bulgarie, des villes durables et de l’économie circulaire.

Roumiana Preshlenova

Roumiana Preshlenova

Directrice de l’Institut d’études balkaniques et Centre de thracologie de l’Académie bulgare des sciences (Bulgarie)

Roumiana Preshlenova est directrice de l’Institut d’études balkaniques et Centre de thracologie de l’Académie bulgare des sciences. Historienne et spécialiste des relations entre l’Autriche-Hongrie et les Balkans à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, elle est titulaire d’un doctorat en histoire de l’Institut d’études balkaniques, d’une maîtrise spécialisée en histoire et théorie de la culture ainsi que d’une maîtrise en langue allemande. En mars 2023, elle a reçu le titre honorifique de Doctor Honoris Causa de l’université Démocrite de Thrace à Komotiní (Grèce), une distinction récompensant sa contribution aux études balkaniques et à la coopération scientifique bulgaro-grecque.

<strong><strong><strong><strong>Sylvie Kauffmann</strong> </strong></strong></strong>

Sylvie Kauffmann

Directrice éditoriale et journaliste au Monde (France)

Sylvie Kauffmann est éditorialiste et directrice éditoriale au journal Le Monde, où elle tient une chronique hebdomadaire sur les affaires internationales. Elle contribue régulièrement aux pages Opinion du Financial Times et a collaboré au New York Times. 
Elle a été directrice de la rédaction du Monde en 2010-2011. Elle a rejoint le journal en 1987 en tant que correspondante à Moscou, où elle travaillait pour l’Agence France-Presse, puis a couvert l’Europe centrale et orientale jusqu’en 1993. Elle a ensuite été correspondante aux Etats-Unis et en Asie du sud-est.
Elle est diplômée de la Faculté de droit et de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, de l’Universidad de Deusto (Bilbao, Espagne) et du Centre de Formation des journalistes à Paris.
Sylvie Kauffmann est l’auteure de « Les Aveuglés – Comment Paris et Berlin ont laissé la voie libre à la Russie » (2023, Editions Stock)

<strong><strong><strong><strong>Tomasz Różycki</strong></strong></strong></strong>

Tomasz Różycki

Poète et écrivain (Pologne)

Tomasz Różycki, né en 1970, poète, écrivain, traducteur, habite à Opole, en Pologne.
Lauréat du Prix Kościelscy, Prix Joseph Brodsky, Prix Vaclav Burian, Prix Samuel Linde, Prix Wisława Szymborska et Le Prix Grand Continent 2023. Il a travaillé à l’Université d’Opole et comme Visiting Fellow in Claremont McKenna College, California, USA, Victoria University, BC, Canada et L’Univeriste de Humboldt à Berlin, il était élu comme Artiste en Résidence du Berliner Kunstlerprogramm des DAAD 2018-19. 
Il a publié 12 livres poétiques, 2 poèmes épiques, 2 romans et 2 livres d’essais en Pologne, 2 livres de traduction etc, ses livres sont traduits et publies en plusieurs langues (en français « Colonies », 2006, „Bestiarium” 2018).

<strong>Tony Nikolov</strong>

Tony Nikolov

Philosophe et journaliste (Bulgarie)

Toni Nikolov est philosophe et journaliste. Rédacteur en chef de Portal Kultura et du magazine Kultura. Il a suivi une formation à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), dans le groupe du Pr Jacques Le Goff. Il est membre de la Société internationale pour l’étude de la philosophie médiévale (S.I.E.P.M) à Louvain. De 2005 à 2009, il a été directeur de la section bulgare de Radio France Internationale (RFI Bulgarie). Traducteur d’ouvrages de J. P. Sartre, J. F. Lyotard, Alain Besançon, Georges Bernanos, René Girard, Julien Green. Auteur des livres : La Bulgarie fissurée (2015), Le dilemme bulgare (2017), Sofia remémorée (2021, prix de littérature Sofia), Sofia rêvée (2022), Il existe un tel pays (2023), Sofia non oubliée (2023).

<strong><strong><strong>Una Bergmane</strong></strong></strong>

Una Bergmane

Politiste et historienne (Lettonie)

Una Bergmane, originaire de Lettonie, est chercheuse à l’Université d’Helsinki. Elle est l’autrice du livre « Politics of Uncertainty : The United States, the Baltic Question, and the Collapse of the Soviet Union » publié par Oxford University Press en 2023. Avant de joindre l’Université d’Helsinki, elle a été chercheuse postdoctorale à l’Université Cornell et chargée de cours à la London School of Economics. Elle a soutenu sa thèse de doctorat à Sciences Po Paris en 2016.

<strong>Vessela Tcherneva</strong>

Vessela Tcherneva

Directrice adjointe du Conseil européen pour les relations étrangères (Bulgarie)

Vessela Tcherneva est directrice adjointe du Conseil européen pour les relations étrangères (ECFR) et chef de son bureau à Sofia. Son domaine d’intérêt est la politique étrangère de l’UE, les Balkans occidentaux et la mer Noire. De 2010 à 2013, elle a été porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Bulgarie et membre du cabinet politique du ministre des Affaires étrangères Nikolaï Mladenov. Avant cela, elle a été secrétaire de la Commission internationale pour les Balkans, présidée par l’ancien premier ministre italien Giuliano Amato et l’ancien président allemand Richard von Weizsäcker. Elle a dirigé la revue Foreign Policy Bulgaria depuis sa création en 2005. De 2000 à 2003, Vessela Tcherneva a travaillé comme secrétaire politique à l’ambassade de Bulgarie à Washington, Etats-Unis. Elle est titulaire d’un diplôme de master en sciences politiques de l’Université de Bonn, Allemagne.

Retour