x

Deneuve, l’éternelle

Pour célébrer les 80 printemps de la grande actrice française, l’Institut français de Bulgarie vous propose, tout au long du mois d’avril, une sélection de films qui dévoilent Catherine Deneuve dans tous ses états.

Depuis toujours, elle est partout à la fois. Sur les boulevards comme en couverture de magazines, dans les salles de répertoire et à la télévision, chez Garrel ou chez Berri. C’est pour notre plus grand plaisir que Catherine Deneuve use de son don d’ubiquité.

Notre cycle débutera le 5 avril, avec la comédie musicale Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy, un film qui a marqué plusieurs générations avec ses mélodies, composées par Michel Legrand. Cet hommage se poursuivra, le 6 avril, avec l’œuvre magistrale Belle de jour du réalisateur espagnol Luis Buñuel où l’actrice, au sommet de sa beauté, incarne un rôle sulfureux.
Le 12 avril à 18h30, Le dernier métro de François Truffaut réunit l’actrice pour la première fois avec Depardieu. Avec ce film, ils récoltent dix Césars, dont celui de la meilleure actrice pour Catherine Deneuve.

Le 13 avril, à 19h00, nous présenterons Indochine de Régis Wargnier ; Ce film mythique nous raconte une romance sur fond de toile historique et nous fait voyager dans les contrées lointaines de l’Indochine coloniale. Le rôle de femme indépendante, forte mais aussi sensible vaudra à Catherine Deneuve, son deuxième César de meilleure actrice en 1993.

La semaine suivante, le 19 et 20 avril, nous enchainons avec deux films plus récents. L’adieu à la nuit, le 8e film qui la réunit avec Téchiné, qui sensibilise à la radicalisation islamiste et La vérité, le premier film en français du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda qu’elle illumine avec Juliette Binoche.

Et enfin, son tout dernier film, la comédie Bernadette de Léa Domenach pour lequel elle enfile les tailleurs de Bernadette Chirac, projeté à guichets fermés lors de sa première en Bulgarie en novembre dernier lors du Festival du Film Français-Kinomania.

De ses débuts mythifiés à ses récents projets, ce cycle retrace le parcours d’une actrice iconique, depuis toujours amoureuse du cinéma.

Tous les films sont sous-titrés en langue bulgare.

Entrée avec un billet (tarif standard 8 BGN / tarif réduit 5 BGN) ou une carte d’abonnement.
Les retraités et les abonnés de l’Institut français bénéficient du tarif réduit.

PROGRAMME

vendredi 19 avril, 18h30

L’Adieu à la nuit

2018, Fiction, Drame, 103’
Réalisateur : André Téchiné
Avec : Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein, Oulaya Amamra

Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada. Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, doit réagir très vite…

samedi 20 avril, 19h00

La vérité

2019, Drame, 107’
Réalisateur : Hirokazu Kore-eda
Avec : Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke, Ludivine Sagnier

Fabienne, icône du cinéma, est la mère de Lumir, scénariste à New York. La publication des mémoires de cette grande actrice incite Lumir et sa famille à revenir dans la maison de son enfance. Mais les retrouvailles vont vite tourner à la confrontation : vérités cachées, rancunes inavouées, amours impossibles se révèlent sous le regard médusé des hommes. Fabienne est en plein tournage d’un film de science-fiction où elle incarne la fille âgée d’une mère éternellement jeune. Réalité et fiction se confondent obligeant mère et fille à se retrouver…

vendredi 26 avril, 18h30 et samedi 27 avril, 19h00

Bernadette

2023, Biopic, Comédie dramatique, 92’
Réalisateur : Lea Domenach
Avec : Catherine Deneuve, Denis Podalydès, Michel Vuillermoz

Quand elle arrive à l’Elysée, Bernadette Chirac s’attend à obtenir enfin la place qu’elle mérite, elle qui a toujours œuvré dans l’ombre de son mari pour qu’il devienne président. Mise de côté car jugée trop ringarde, Bernadette décide alors de prendre sa revanche en devenant une figure médiatique incontournable.
Une comédie savoureuse, premier long-métrage de Léa Domenach, qui vous fera vivre un moment très agréable en mêlant fiction avec images d’archives. Catherine Deneuve incarne Bernadette ou La Tortue (comme son mari la surnommait) avec finesse, humour et sensibilité.

vendredi 5 avril, 18h30

Les Parapluies de Cherbourg

1964, France, 91’, Comédie musicale, Drame
Réalisateur : Jacques Demy
Musique : Michel Legrand
Interprètes : Catherine Deneuve, Nino Castelnuovo, Ellen Farmer, Marc Michel, Anne Vernon

Geneviève, désespérée, voit son fiancé partir pour la guerre, en Algérie. Sa mère, presque ruinée, la pousse vers le riche Roland Cassard… Après « Lola » et » La Baie des anges », Jacques Demy a imaginé avec Michel Legrand une expérience folle et unique : un mélo entièrement chanté, tel un opéra du quotidien. Follement admiré ou moqué, le film est devenu une référence mondiale majeure du 7e art.

samedi 6 avril, 19h00

Belle de jour

1967, France – Italie, 100’, Drame
Réalisateur : Luis Buñuel
Scénariste : Jean-Claude Carrière
Avec : Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli
D’après le roman Belle de jour de Joseph Kessel

Epouse très réservée de Pierre, Séverine est en proie à des fantasmes masochistes révélant son insatisfaction sexuelle. Poussée par la curiosité, Séverine se rend discrètement dans une maison de rendez-vous et devient bientôt, à l’insu de Pierre, « Belle de Jour », la troisième pensionnaire de Mme Anaïs. Elle semble trouver son équilibre en assouvissant les désirs de ses clients mais l’aventure tourne mal quand Marcel, voyou habitué de la maison, s’éprend de Séverine…

vendredi 12 avril, 18h30

Le dernier métro

1980, Drame, 128’
Réalisateur : de François Truffaut
Avec : Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Jean Poiret

Paris, septembre 1942. Lucas Steiner, le directeur du théâtre Montmartre a dû fuir parce qu’il est juif. Sa femme Marion Steiner dirige le théâtre et engage Bernard Granger, transfuge du Grand Guignol, pour jouer à ses côtés dans « la Disparue », que met en scène Jean-Louis Cottins. Jusqu’au soir de la générale, la troupe subit les menaces du virulent critique de « Je suis partout », Daxiat, dont l’ambition est de diriger la Comédie- Française. Et si, par amour pour sa femme, Lucas Steiner avait fait semblant de fuir la France et était resté caché dans la cave de son théâtre pendant toute la guerre…

samedi 13 avril, 19h00

Indochine

1992, France, 152’, Drame, Historique, Romantique
Réalisateur Régis Wargnier
Avec : Catherine Deneuve, Vincent Perez, Linh-Dan Pham, Jean Yanne, Dominique Blanc

Indochine, 1930. Aux côtés de son père Emile, Eliane Devries dirige avec fermeté une plantation d’arbres à caoutchouc. Sa seule attache sentimentale est Camille, princesse annamite orpheline qu’elle a adoptée. Leur existence est bouleversée par la rencontre d’un jeune officier de marine, Jean-Baptiste, dont Eliane puis Camille tombent amoureuses. Protégée par son ami Guy Asselin, le chef de la Sûreté, Eliane parvient à faire face à un autre élément perturbateur, la montée du nationalisme indigène et les premiers attentats contre les Français. Si Eliane se détache de Jean-Baptiste, Camille l’aime toujours, même mariée contre son gré à son cousin Tanh. Elle fuit le monde des colons, traverse tout son pays vers le nord, mesurant les malheurs de son peuple opprimé par le système colonial, et rejoint le camp de l’île du Dragon, dans la baie d’Along, où Jean-Baptiste a été muté. Le destin des amants bascule quand elle tue un militaire et doit passer à la clandestinité. Il choisit de déserter pour la suivre…

Retour