x

Carte blanche à Kamen Kalev

Au mois de février, l’Institut français de Bulgarie confie sa programmation hebdomadaire au remarquable réalisateur bulgare Kamen Kalev. Lors de cette « carte blanche » où il mêle films français et bulgares, Kamen Kalev présentera au public les films qu’il a choisis. Et invite les réalisateurs bulgares Svetoslav Draganov et Ilian Metev ainsi que le journaliste Radoslav Chichev à des sessions de questions-réponses.   

Avant-propos de Kamen Kalev

C’est pour moi une grande joie de pouvoir partager aujourd’hui avec vous les films qui m’ont fortement marqué personnellement ! 

Les films que j’ai envie de voir ou de tourner ne ressemblent souvent à rien d’autre qu’à eux-mêmes. Cela ne veut pas forcément dire qu’ils sont hermétiques, difficiles d’accès, bien au contraire. En fait, ce sont des films généreux et courageux, au point d’être réellement universels. La vie n’est jamais schématique et je crois que quand un film sort des systèmes de narration conventionnels, il nous offre souvent des expériences bien plus bouleversantes, qui restent gravées dans nos mémoires pour la vie.  

J’ai choisi des films récents. Seul le film de Claire Denis, “Beau travail”, remonte à 1999.  En très peu de temps, ce film est devenu culte.   

De son côté, “Entre les murs” a reçu la Palme d’Or à Cannes et pourtant, ce film n’est pas bien connu en Bulgarie.  

Les autres films français de la liste sont dans la même situation : ils n’ont jamais été montrés au public bulgare, ou alors seulement très peu.  

J’ai voulu également présenter deux documentaires très singuliers Sans adieu de Christophe Agou et Braguino de Clément Cogitore. Je les trouve extrêmement forts et inspirants à cause de l’affection portée par les auteurs à leurs personnages. La position des auteurs est rare et difficile et rend ces films particulièrement humanistes.

Les films de Metev et Draganov témoignent d’une force cinématographique incroyable. Pour moi ce sont des exemples du grand cinéma d’auteur mondial.  

Chaque film retenu dans la sélection propose un langage absolument unique. Les auteurs ont exprimé des façons très personnelles de voir le monde. Jean Renoir disait : “On aime une histoire parce qu’on aime le conteur. La même histoire, contée par un autre, n’offre aucun intérêt”.

Tous les films sont sous-titrés en langue bulgare.
Entrée avec un billet (tarif standard 8 BGN / tarif réduit 5 BGN) ou une carte d’abonnement.
Les retraités et les abonnés de l’Institut français bénéficient du tarif réduit.

Au programme:

vendredi 3 février, 18h30

Humble

2022, Bulgarie-Roumanie, Drame, 1h35
Réalisation : Svetoslav Draganov
Avec : Hristo Petkov, Zdravko Dragnev, Sashka Bratanova

Le film est en bulgare, sous-titré en français et sera suivi d’un débat avec le réalisateur Svetoslav Draganov et Kamen Kalev. Traduction simultanée bulgare-français.

Vassil, réalisateur de films documentaires, a tourné le dos à sa famille pour mettre toute son énergie dans un nouveau film qui raconte l’histoire d’une famille brisée: celle d’un moine et de sa mère.
Quand il apprend que le moine se trouve dans une clinique psychiatrique et sa mère a le cancer, Vassil décide de les réunir pour tourner une scène finale émouvante pour son film.
Prix spécial du jury – Sofia International Film Festival

samedi 4 février, 19h00

Beau travail

1998, France, Drame, Guerre, 90 min.
Réalisation : Claire Denis
Avec : Denis Lavant, Michel Subor, Grégoire Colin, Bernardo Montet

Dans une base militaire française à Djibouti, un groupe de légionnaires entraînés dans des conditions extrêmes par l’adjudant-chef Galoup voit arriver la nouvelle recrue Sentain, à la beauté et au charme saisissants. Le commandant de la base, Forestier, remarque Sentain, qui de plus se montre héroïque en venant en aide à un camarade légionnaire. La jalousie de Galoup envers Sentain, exacerbée par une attirance refoulée, va alors se déchaîner. L’adjudant-chef, brisant tous les articles du code d’honneur du Légionnaire, punit Sentain, sabote sa boussole et l’envoie en marche forcée dans le désert. Sentain disparaît et Galoup sera traduit en cour martiale.

vendredi 10 février, 18h30

Février

2020, Bulgarie-France, Drame, 125’
Réalisation : Kamen Kalev
Avec : Lachezar Dimitrov, Kolyo Dobrev, Ivan Nalbantov

Le film fait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020.
Aux confins de la Bulgarie rurale, Petar traverse les saisons et le temps de sa vie humble : le travail, la terre, les brebis… À l’écart du monde des hommes, il suit son chemin et accepte son destin sans regret.
Le film est en bulgare, sous-titré en français et sera suivi d’un débat avec le réalisateur Kamen Kalev et Radoslav Chichev. Traduction simultanée bulgare-français.

samedi 11 février, 19h00

Valley of love

2015, France-Belgique, Drame, 91’
Réalisation : Guillaume Nicloux
Avec : Gérard Depardieu, Isabelle Huppert

Isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans La Vallée de la Mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu’ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant. Malgré l’absurdité de la situation, ils décident de suivre le programme initiatique imaginé par Michael…

vendredi 17 février, 18h30

Entre les murs

2008, France, Drame, 128’
Réalisation : Laurent Cantet
Avec : François Bégaudeau, Agame Malembo-Emene, Angelica Sancio

François est un jeune professeur de français d’une classe de 4ème dans un collège difficile. Il n’hésite pas à affronter Esmeralda, Souleymane, Khoumba et les autres dans de stimulantes joutes verbales, comme si la langue elle-même était un véritable enjeu. Mais l’apprentissage de la démocratie peut parfois comporter de vrais risques.
Ce film a été récompensé d’une Palme d’or au Festival de Cannes 2008.

samedi 18 février, 19h00

Sans adieu

2017, France, documentaire, 99’
Réalisation : Christophe Agou

Dans le Forez, Claudette, 75 ans, et ses voisins paysans comme elle, sentent bien que la société consumériste les ignore tout en grignotant ce qui leur reste de patrimoine et de savoir-faire. Mais tous ne sont pas du genre à se laisser faire.

vendredi 24 février, 18h30

3/4

2017, Bulgarie-Allemagne, Drame, 83’
Réalisation : Ilian Metev
Avec : Mila Mihova, Nikolay Mashalov, Todor Veltchev

Le film est en bulgare, sous-titré en français et sera suivi d’un débat avec le réalisateur Ilian Metev et Kamen Kalev. Traduction simultanée bulgare-français.
Le jeune Niki aime s’amuser. Dans la cour de son collège, sur le chemin du retour avec ses copains, en taquinant sa sœur ainée Mila dans la rue, il invente des petits jeux absurdes et se construit ainsi son propre monde. Mais Mila, elle, a du mal à se détendre : pianiste douée mais anxieuse, peu sûre d’elle-même, elle doit préparer une audition importante, et va peut-être devoir quitter sa Bulgarie natale pour des études en Allemagne, ce qui n’est pas sans perturber Niki. Todor, leur père astrophysicien, semble loin des aspirations de ses enfants.

samedi 25 février, 19h00

Braguino

2017, France-Russie, Documentaire, 50’
Réalisation : Clément Cogitore

Les familles Braguine et Kiline vivent au milieu de la taïga sibérienne à sept-cents km du moindre village. Aucune route ne mène chez eux. Seul un long voyage en bateau sur le fleuve Lenisseï, puis en hélicoptère, permet de les rejoindre. Tout autour d’eux, la taïga à perte de vue et, au milieu du village, une barrière les sépare. Vivant en autarcie au bout du monde, les deux familles se sont brouillées et refusent de se parler.

Retour