La Nuit des idées 2021

PROCHES

Organisée dans le monde entier par l’Institut français de Paris, la Nuit des idées est un rendez-vous annuel dédié à la libre circulation des idées et des savoirs.  C’est à la lumière des conséquences sociales entraînées par la pandémie du Covid-19 que la Nuit des idées a choisi cette année de traiter le thème « Proches ». Nous pourrons interroger ainsi la transformation de nos rapports à l’espace et aux mobilités, mettre en lumière la place du numérique dans nos sociétés, questionner plus que jamais notre rapport à l’autre. A travers un « live mondial » de 24h non-stop, l’Institut français de Paris renforcera les connections à l’échelle du monde pour célébrer une pensée sans frontières. 

Institut français de Bulgarie - Jeudi 28 janvier de 15h15 à 21h00 – en ligne

L’événement sera diffusé sur la plateforme ZOOM et sur notre page Facebook. Traduction simultanée français / bulgare. Entrée libre

Pour joindre l’événement ZOOM et participer aux discussions en ligne nous vous prions de bien vouloir vous inscrire ICI.

L’Institut français de Bulgarie invite des intervenants européens de divers horizons pour décliner le thème « Proches » à travers 5 tables rondes et une conférence.

PROGRAMME

15:10 - 15:15 Ouverture officielle : S.E. Mme Florence Robine, Ambassadrice de France en Bulgarie

15:15 – 16:00 Les conséquences psychologiques de la pandémie de Covid-19

Mieux rapprochés ou plus éloignés l’un de l’autre, aujourd’hui ? Et proches de soi-même ? La distance et l’isolement, quelles conséquences infligent-ils sur nos relations et notre santé ? Notre conscience a-t-elle grandi ? Nous évoquerons la proximité, les limites et les possibilités, la crise comme opportunité et thérapie. La nécessité de nous séparer pour nous permettre de nous relier pleinement.

 

 

Irina Kiriakova, psychothérapeute, membre de l’Association européenne de Gestalt-thérapie; auteure de l’ouvrage « L’amour trouve son chemin : psychothérapie du quotidien »

 

 

 

16:00 – 17:00 Diversité culturelle et mondialisation à travers l’œuvre de Victor Segalen

La diversité des cultures semble être la grande perdante de l’avènement du village mondial.  Lisons, relisons, l'œuvre foisonnante de Victor Segalen (1878-1919), figure singulière et fascinante de la littérature française du XX e siècle ! Infatigable voyageur, témoin direct du déploiement de l’impérialisme colonial occidental, chantre de l’Exotisme et du Divers, Segalen nous invite à un changement de perspective jubilatoire autant que nécessaire: n’est-il pas temps de redonner droit de cité au lointain et à la distance pour retrouver une proximité paradoxale avec soi?

Intervenants :

Romain Bertrand, directeur de recherche au centre d'études et de recherches (CERI, Sciences-Po)

Adrien Cavallaro, maître de conférences en littérature française à l'université de Grenoble Alpes

Modérateur : Romain Kachaner, professeur de lettres modernes au lycée français Victor Hugo de Sofia

 

  • Romain Bertrand, directeur de recherche au centre d'études et de recherche (CERI, Sciences-Po)
  • Adrien Cavallaro, maître de conférence en littérature française à l'université de Grenoble Alpes
  • Romain Kachaner, professeur de lettres modernes au lycée français Victor-Hugo de Sofia

 

 17:00 – 18:00 Proches de l'émotion, loin de la vérité

Les canaux de diffusion sont aussi concentrés, loin de leurs destinataires, que les sources d'information paraissent proches, et nous rapprocher où que nous soyons.

Cette immédiateté fait fi des distances et décuple le partage de l'émotion, en favorisant des paradoxes : l'éthique et les méthodes sont brouillées, jamais le niveau de confidentialité n'est clair : sommes-nous dans un groupe, une masse, qui émet et qui reçoit ?

Quand les réseaux sociaux bousculent les médias, qui les utilisent, que devient l'information ?

Intervenants :

Dominique Pédinielli : journaliste, juriste, Présidente du Club de la Presse de Provence

Daniel Bombert : journaliste, éditeur, ingénieur social et culturel, ancien membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (PACA et Corse)

Irina Nedeva, présidente de l’Association des journalistes européens (AJE) – Bulgarie et représentante spéciale de l’AJE internationale sur les questions de la désinformation, journaliste radio et auteure de films documentaires

Modérateur : Tony Nikolov, philosophe et journaliste, rédacteur en chef du portail Culture et du magazine Culture

 

  • Dominique Pédinielli, journaliste, juriste, Présidente du Club de la Presse du Var (fondatrice et ancienne directrice de radios privées : réseau national Europe 2, Mistral FM, l'Onde Latine, RFM et leur Agence de Presse)
  • Daniel Bombert, journaliste, éditeur, ingénieur social et culturel, membre du Club de la Presse du Var (ancien directeur du Service Culturel de la Ville d'Antony, du service audiovisuel du TNDI Châteauvallon, secrétaire général du Centre National d'Art Contemporain de Grenoble, directeur de la Ligue Varoise de Prévention)
  • Irina Nédéva, présidente de l’Association des journalistes européens (AJE) – Bulgarie et représentante spéciale de l’AJE internationale sur les questions de la désinformation, journaliste radio et auteure de films documentaires, avec une expérience de longue date dans les médias électroniques. Elle est rédactrice en chef au programme « Horizon » de la Radio nationale bulgare
  • Tony Nikolov, philosophe et journaliste. Rédacteur en chef du portail Culture et du magazine Culture. De 2005 à 2009, il est rédacteur en chef de la Radio France Internationale – Bulgarie. Auteur d’articles dans le domaine de la philosophie médiévale et contemporaine

 

18:00 – 19:00 L'isolement, catalyseur de proximité

Le mot « proche(s) » aujourd'hui peut inquiéter. Sous son apparence inoffensive et désirable, il contient aussi tous les dangers de notre temps, non pas le vivre ensemble, mais le vivre entre soi, les communautarismes, les algorithmes "sectaires", la pensée acritique, qui s’alimente en circuit fermé.

Des trois unités de temps, de lieu et d’action du théâtre classique, le théâtre contemporain a fait : « ici et maintenant ». Le théâtre nous réunit ainsi pour partager le moment présent, sans détour. Comment imaginer cette communion dans l’Art après le choc vécu de la pandémie ?  Le théâtre peut-il jouer un rôle important dans le processus de rééducation à l’être-ensemble ?

La littérature comme théâtre évoquent d’abord le mouvement. Tout roman est un déplacement. L’intrigue quitte un point de départ, avance, trouve un ailleurs. Et pareil au théâtre: le langage est ainsi la recherche d’un autre, d’un ailleurs où arriver, où se poser, dans un mouvement interne, indépendant des circonstances de son écriture ou de sa production sur scène.  

Alors, proche comment ? Quel bon usage en faire ?

Intervenants :

Galin Stoev, metteur en scène, directeur du Théâtre de la Cité – centre dramatique national de Toulouse ;

Luisa Etxenike, romancière espagnole, auteure de théâtre; directrice de la plateforme numérique d'échange d'idées et savoirs canaleuropa.eu 

Ivan Panteleev, metteur en scène, habite et travaille en Allemagne

Mira Todorova, critique de spectacle, directrice artistique de DNK – espace de danse et de performances contemporaines

Modérateur : Stefan Prohorov, auteur dramatique, metteur en scène, traducteur

 

  • Galin Stoev, metteur en scène, diplômé de l’Académie nationale des arts du théâtre et du cinéma (Sofia), l’Europe devient vite son espace de création. Durant vingt‐cinq ans, il a été accueilli et soutenu par de grandes institutions publiques comme le Théâtre de Liège en Belgique, le Théâtre Vidy-Lausanne, la Comédie de Genève en Suisse, le Theaterhause de Stuttgart. En France, il est « artiste associé » au Théâtre national de la Colline et à la Comédie-Française où il a monté cinq spectacles. Il retourne régulièrement en Bulgarie, où il collabore avec des auteurs contemporains.     Nommé le 1er janvier 2018 à la direction du Théâtre de la Cité – centre dramatique national de Toulouse, l’un des plus importants théâtres de création et de diffusion de France, Galin Stoev peut ainsi développer dans un ancrage territorial les ambitions de l’artiste européen singulier qu’il est sans conteste.
  • Luisa Etxenike, romancière espagnole, auteure de théâtre, journaliste et professeure de narratologie. Elle a publié de nombreux romans dont El Ángulo Ciego (prix de littérature Euskadi en 2009). Elle a également traduit des textes de Jacques Roubaud, de Jean-Michel Maulpoix, de Claude Lanzmann et de Virginie Linhardt.   Directrice de canaleuropa.eu - espace numérique ouvert pour la circulation des savoirs – et du festival de littérature « Un monde d’écrivaines ».
  • Ivan Panteleev, metteur en scène diplômé de lа NATFA « Krastyo Sarafov ». En 1998 il obtient une bourse à la célèbre académie « Schloss Solitude » à Stuttgart et décide de rester travailler en Allemagne. Ses créations sont présentées dans les théâtres de Stuttgart, Zurich, Lucerne. A Berlin il travaille sur les deux scènes les plus prestigieuses de la ville - Deutsches Theater et Volksbühne.   Depuis 2010 il est professeur invité en dramaturgie à Académie des arts dramatiques Ernst Busch à Berlin.   Ivan Panteleev a présente à Sofia, au Théâtre national la pièce de Gorki « Les estivants » et « Erreur CAPITALE » d’après Horváth. Photo © Karamazovphoto
  • Mira Todorova, critique de théâtre et de danse, docteure en Sciences du théâtre. Fondatrice et directrice artistique de DNK - espace de danse et de performances contemporaines de Sofia. Elle travaille en tant que chercheuse, enseignante et dramaturge. Auteure de nombreuses publications dans des médias spécialisés du domaine de l'art et de la culture en Bulgarie et à l'étranger.
  • Stefan Prohorov, metteur en scène bulgare, auteur dramatique, traducteur, poète. Son travail scénique est centré sur les performances interactives et sensorielles sur des problématiques sociales (comme « Low cost », ou « Packages »).   Membre du jury de différents festivals de théâtre et de film (festival de Théâtre universitaire de Brno, Festival de Venise). Photo © Boriana Pandova

 

 19:00 – 20:00 Géopolitique et influences dans les Balkans

Nous allons évoquer les proximités de la Bulgarie dans son histoire longue, en commençant par la Bulgarie de la Volga puis sa migration et son établissement dans les Balkans. Rappeler aussi sa diversité ethnique et culturelle, ses variations territoriales et son importance pour l'Europe; Quel rôle joue la Bulgarie aujourd'hui? Quels sont les différents enjeux des influences en Bulgarie.

Intervenants :

Pierre Andrieu, ancien conseiller culturel et de coopération en Russie, puis ambassadeur au Tadjikistan, en Moldavie et pour le Partenariat oriental, en même temps que Co-président français du groupe de Minsk

Yordan Bojilov, président du Forum de Sofia pour la sécurité, ancien directeur de cabinet du ministre de la défense

Modérateur : Tony Nikolov, philosophe et journaliste, rédacteur en chef du portail Culture et du magazine Culture

 

  • Pierre Andrieu, ancien conseiller culturel et de coopération en Russie, puis ambassadeur au Tadjikistan, en Moldavie et pour le Partenariat oriental, en même temps que Co-président français du groupe de Minsk, chargé du règlement du conflit du Haut-Karabagh dans le cadre de l'OSCE. Enseignant à Sciences Po Paris et à l'INALCO.
  • Yordan Bojilov, président du Forum de Sofia pour la sécurité, une ONG bulgare développant son activité dans le domaine de la sécurité, de la défense, des relations internationales et des bonnes pratiques d’administration. Pendant plus de 20 ans, il a travaillé au ministère bulgare de la Défense, chargé des postes de chef du cabinet du ministre de la défense, responsable des relations internationales du ministère et responsable de la politique de la défense; analyste dans ces domaines dans le cadre de conférences internationales.
  • Tony Nikolov, philosophe et journaliste. Rédacteur en chef du portail Culture et du magazine Culture. De 2005 à 2009, il est rédacteur en chef de la Radio France Internationale – Bulgarie. Auteur d’articles dans le domaine de la philosophie médiévale et contemporaine.

 

20:00 – 21:00 Environnement : rencontre avec Camille Etienne et Danita Zaritchinova, deux jeunes femmes engagées

La crise du Covid 19 nous a-t-elle rappelé l’importance de la nature dans nos vies quotidiennes et nos économies, nous en sommes-nous rapprochés ou au contraire éloignés ? Quelle forme d’engagement nous permettrait de faire face aux défis environnementaux, lesquels, qui nous attendent ? Pour en parler, regard croisé de deux jeunes femmes.

Intervenantes :

Camille Etienne, jeune activiste française pour la justice sociale et climatique, comédienne "Pensée sauvage", porte-parole "On est prêt", auteure de « Réveillons-nous » avec plus de 15 millions de vues sur les réseaux sociaux ;

Danita Zaritchinova, travaillant au sein de Za Zemiata (Pour la terre) sur les déchets, récompensée du prix de l’activiste de l’année en 2020 par le Comité Helsinki Bulgarie

Modérateur : Balin Balinov, coordinateur du programme des alternatives énergétiques chez Greenpeace, ancien journaliste radio

 

  • Camille Etienne, Activiste pour la justice sociale et climatique Auteure, comédienne Pensée Sauvage, Porte parole On est Prêt  Après avoir grandi dans les montagnes savoyardes à faire du biathlon en compétition, Camille, 22 ans, a rejoint les grandes écoles parisiennes (Sciences Po Paris en bi-cursus Philosophie avec la Sorbonne ). Face à la déconnexion des citadins à la nature et après une année d’étude d’agroécologie et de sciences environnementales en Finlande pour comprendre le vivant avant de le défendre, elle a décidé de porter sa voie et de prendre une part active à cette jeunesse qui s’engage.   C’est aujourd’hui une porte parole du mouvement de Youtubeur « On Est Prêt » dans les médias et divers festivals (Pete The Monkey, Atmosphère, Festival Européen de Cinéma des Arcs... ou encore Atlas of the Future à Barcelone au côté de Cécile Duflot). Comme Cheval de Troie, elle réalise également des conférences en tant que « jeune activiste » chez les « décideurs » au Ritz, à JP Morgan, au MEDEF, au Sénat, devant des députés, à TEDx... sur notre modèle agricole qui détruit la terre autant que ceux qui la cultivent / l’urgence écologique / l’attente de la nouvelle génération en quête de sens.
  • Danita Zaritchinova est née à Sofia, mais ses racines sont dans la montagne Stara Planina – l’origine de son grand amour de la nature et de son engagement par rapport aux déchets : le contraste entre la nature sauvage et la pollution n’y est que plus flagrant. Après avoir obtenu son diplôme en économie, elle s’inscrit à une maîtrise en écologie. Pendant cette période, elle travaille pour l’ONG Za Zemiata « Pour la Terre » dans l'équipe Zéro Déchet - elle supporte des communautés locales, coordonne le nettoyage traditionnel dans les parcs naturels, est activement impliquée dans la campagne "Sans plastique". Depuis des années, l’engagement de Danita est de mettre fin à l'incinération des déchets. Avec des amis ils créent l'initiative «Sipi.eu»  - populariser l'idée d’utiliser leur propre conteneur au lieu de plastique à usage unique. Elle participe également à la campagne «Umna ranitsa» pour le tourisme responsable. Danita a également été volontaire dans un camp de réfugiés à Sofia. Photo ©  Victor Troyanov
  • Balin Balinov est philologue de formation et pense que chaque mot doit être à sa place. C’est encore mieux lorsqu’ils sont incarnés par des actions substantielles et cohérentes. Avant de rejoindre Greenpeace, Balin a travaillé 13 ans pour différents médias en ligne. Il a une longue expérience dans la radio, a animé une rencontre radio quotidienne et interviewé des centaines de personnes connues et moins connues aussi bien en Bulgarie et qu’à l’étranger. Au sein de l’équipe de Greenpeace, Balin est coordinateur du programme des alternatives énergétiques en étroite relation avec les énergies renouvelables. L’un de ses objectifs est de changer le système énergétique. Il devrait être décentralisé et ouvert aux communautés de petits producteurs et de particuliers qui produisent pour leur propre besoin. Cela serait une grande avancée pour la qualité de l’air et pour le climat.

 

21:00 : Mot de clôture : M. Claude Chassaing, Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle, Directeur de l’Institut français de Bulgarie