La Grande Guerre dans les Balkans – regards croisés, perspectives comparées

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la fin de la première guerre mondiale (1914-1918), l'Institut Français de Bulgarie en partenariat avec la Mission du Centenaire et l'Agence universitaire de la Francophonie organise une journée thématique intitulée :

La Grande Guerre dans les Balkans – regards croisés, perspectives comparées

7 juin 2018, Salle Slaveykov, entre 9 heures et 17 heures

Sous la direction scientifique du professeur Florin TURCANU de l' Université de Bucarest

Visionnez le programme ici

Le but de cette manifestation est de contribuer au renouvèlement en cours du regard porté sur un théâtre d’opérations de la Grande Guerre dont le statut demeure marginal et ambiguë dans la mémoire du conflit inaugural du 20e siècle. En effet, les Balkans ont bénéficié d’une attention beaucoup plus réduite de la part des historiens que d’autres fronts de la Grande Guerre à commencer par le front de l’Ouest. Et cela en dépit du fait que l’événement déclencheur de la Première Guerre Mondiale, l’attentat de Sarajevo, se passe au cœur des Balkans tandis que le conflit lui-même débute, par la déclaration de guerre de l’Autriche-Hongrie à la Serbie, comme un conflit armé balkanique. Néanmoins, une interrogation historiographique récente, parfois doublée d’investigations proprement archéologiques – comme c’est le cas dans l’espace macédonien - tente d’approfondir la connaissance du Front d’Orient. Certains spécialistes mettent de plus en plus en avant la relation entre le déclenchement de la Première Guerre Mondiale et les deux Guerres Balkaniques (1912-1913) ou le poids des ambitions balkaniques de l’Autriche-Hongrie dans l’éclatement et le déroulement du conflit et on n’hésite pas à caractériser parfois la Grande Guerre dans les Balkans comme une étant une « Troisième guerre balkanique ».

 

Dans le but de contribuer à ce processus de redécouverte de la place des Balkans dans la Grande Guerre le colloque se propose d’intégrer plusieurs thèmes qui incitent à un regard décloisonné, transnational et comparatif :

 La Grande Guerre dans les Balkans, une « Troisième Guerre Balkanique » ?  interrogerait les liens qui unissent les conflits de 1912-1913 à celui de 1914-1918 dans l’espace balkanique et la spécificité que ces liens procurent à la culture de guerre des différentes nations, aux enjeux politico-militaires, à la chronologie et aux opérations armées dans la région pendant la Grande Guerre.

 

 

Un deuxième thème concernerait Les Balkans – théâtre de mise à l’épreuve des alliances pendant la Grande Guerre. Les opérations de Gallipoli et du Front d’Orient demeurent les exemples les plus connus du fonctionnement ou de dysfonctionnement des alliances pendant la Première guerre mondiale dans les Balkans. D’autre exemples peuvent s’y ajouter et méritent d’être mieux éclairés : la coopération militaire des Puissances Centrales dans la campagne de 1915 contre la Serbie, les ambiguïtés de l’alliance entre l’Italie et la Serbie ou de la coopération militaire entre la Roumanie et l'Armée d'Orient, la coopération germano-bulgaro-turque en Dobroudja ou le fonctionnement de l’alliance roumano-russe dans la même région à l’automne 1916.

Enfin, un troisième thème concernerait L’année 1918 dans l’historiographie et dans la mémoire collective des nations sud-est européennes. Eclairer la signification, le poids mémoriel, le questionnement historiographique de cette année décisive le long du siècle qui s’est écoulé depuis la fin du conflit permettrait des comparaisons et des recoupements des plus utiles dans l’effort de dépasser une vision de la Grande Guerre dans les Balkans encore trop centrée sur le récit national, sur ses tabous et ses mythes.

                                       

                                        Intervenants

Petar TODOROV (Macédoine) Institut d’histoire nationale Skopje
« Des représentations des guerres de 1912-1918 en Macédoine: production historiographique et discours politique »

Jean-Noël GRANDHOMME (France) Université de Strasbourg
« Maurice Sarrail, commandant en chef des armées alliées en Orient (1916-1917). Portrait d'un personnage controversé »

Enis TULCA (Turquie), Université de Galatasaray
« La mémoire sombre de l'année 1918 pour les turcs »

Blagovest NIAGOULOV (Bulgarie) Institut d’études historiques de l’Académie bulgare des sciences
«  Violence, historiographie et mémoire: Visions de la Grande guerre en Bulgarie et en Roumanie »

Stanislav SRETENOVIC (Serbie) Institut d’histoire contemporaine Belgrade
« Ruptures et continuités de la mémoire serbe de l'année 1918 »

Florin TURCANU (Roumanie) Université de Bucarest
« La campagne roumaine au sud du Danube à l'automne 1916 - une mémoire marginale et ambiguë »

Elli LEMONIDOU (Grèce) Université de Patras
« Défis et attentes de la politique grecque au cours de la dernière année de la Première Guerre mondiale »