Développement durable urbain

Mise en valeur, soutien et partage des actions remarquables dans le domaine du développement durable

  • Jardins urbains partagés

Le secteur CIT soutient l’association Gorichka, pionnière de la création des jardins urbains durables et communautaires dans la ville de Sofia.

Les premiers jardins partagés à Sofia

L'association Gorichka a récemment ouvert le premier jardin partagé à Sofia. Ancien parking de voiture coincé entre trois immeubles, le terrain sera désormais un lieu de rencontre, de partage et d'apprentissage autour du jardinage et de la culture de ses propres fruits et légumes.

Pour plus d'informations : site de Gorichka ou facebook.

  • Climat et Biodiversité

En partenariat avec l'Institut français et la Municipalité de Sofia, le directeur de l’agence touristique éco-responsable Odysseia-in Travel, Lubomir Popiordanov, organisera en décembre 2019 les 15èmes Journées du défi qui accueillent chaque année des personnalités engagées sur les questions du climat, de la biodiversité, des évolutions des métiers de la montagne et des sports d'aventure. Site Internet : http://www.odysseia-in.com/page/-/3/index.html

Découvrez le musée de l'abeille à Sofia !

Lorsque l’on sort de la station de métro GM Dimitrov, une pancarte colorée nous indique que le musée de l’abeille se trouve à deux pas. On découvre alors une toute petite maison en argile, matériau utilisé pour la construction des premières ruches, avec un toit d'herbe et de fleurs. Ça bourdonne en tous sens, les abeilles sont chez elles et elles le savent.

À l'intérieur se trouve une ruche que l’on peut admirer tranquillement grâce au verre transparent qui la recouvre. Les abeilles travaillent avec énergie à la construction des nombreuses alvéoles, à quelques centimètres de nous. Quelques panneaux explicatifs, des images et des informations rappellent l’importance du rôle des abeilles dans la pollinisation et dans l’équilibre de notre écosystème.

Le Musée de l’abeille a ouvert ses portes il y a un an, en 2017, à l’initiative de l’association Biograd, de nombreux groupes d’enfants et d’étudiants sont impressionnés par la possibilité de voir des abeilles vivantes si proches.

« Avec la tendance actuelle à l'urbanisation, il est de plus en plus important pour la société de développer une compréhension de l'écologie urbaine. Les villes s’étendent et les habitats naturels des abeilles disparaissent. Nous voulons prouver que la biodiversité n'a pas complètement disparue en milieu urbain et qu’il est nécessaire de la préserver. » Petar Valchovski, membre de l’association Biograd.

Aujourd’hui, l’association souhaite mettre en œuvre un système capteurs de surveillance intégré à la ruche pour mesurer et analyser la santé et la productivité des abeilles. Ce système permet d’observer l’impact du climat sur la condition des abeilles et permet de mesurer en une seconde si l'humidité et la température sont appropriées ou s'il y a une réduction du nombre d'abeilles dans la ruche. Toutes ces informations sont ensuite directement affichées sur l’écran d’un moniteur et d’un téléphone mobile. L’association a établi un partenariat avec l’Union des apiculteurs en Bulgarie qui pourront aussi utiliser les informations récoltées par ce système pour améliorer leur travail.

Contact : Petar Valchovski, petarvalchovski@gmail.com

Le bateau de Greenpeace jette l’ancre à Varna et à Bourgas !

Le bateau de Greenpeace « Rainbow Warrior » a fait escale dans les ports de Varna et Bourgas pendant 9 jours, ouvrant son pont aux curieux et aux militants environnementaux.

Tandis que la ministre bulgare de l'énergie Temenuzhka Petkova déclarait que la construction de la deuxième centrale nucléaire (Belene) dans le pays pourrait être la solution la plus efficace pour lutter contre le changement climatique, lors d’une conférence internationale le 05 juin 2019 ; le bateau Rainbow Warrior de Greenpeace faisait escale dans les ports de Varna et de Bourgas pendant sept jours (du 03 au 09 juin) pour sensibiliser les citoyens bulgares à la nécessité de repenser nos modes de consommation et notre système énergétique. Le Rainbow Warrior se voit de loin lorsqu’il arrive dans un port, ses deux mâts imposants s'élèvent d’une dizaine de mètres vers le ciel car l’équipage, composé de personnes de plus de 10 nationalités différentes, utilise majoritairement la force du vent pour la propulsion.

 

L’invité spécial à Varna était Ignacio Navarro du bureau grec de Greenpeace qui a participé à la table ronde sur l'autoconsommation de l'énergie solaire et a partagé des solutions pour parvenir à un système énergétique européen dé-carbonisé. Les participants bulgares ont partagé leurs difficultés quotidiennes et ont rappelé la nécessité d'une modification de la législation nationale. Pendant la nuit, un cercle lumineux de torches solaires a été dessiné par les militants. L’objectif était de revendiquer le droit de produire et de consommer de l'électricité renouvelable, avec des procédures plus simples pour ceux qui veulent franchir le pas.

À Burgas, 40 étudiants de différentes écoles secondaires ont participé à un camp d'innovation. Ils ont été formés par cinq mentors chevronnés et ont inventé ensemble des projets visant à améliorer l’efficacité énergétique des maisons.

Des représentants d’associations et d’entreprises ont participé à un « World café » et à un forum sur les solutions énergétiques. 86 bénévoles se sont engagés pour ces différents évènements. Le Rainbow Warrior était accessible aux visiteurs ces sept jours et a accueilli 2500 visiteurs au total.

Une discussion sur la biodiversité dans la mer noire a été organisée, biologistes marins et surfeurs professionnels, l’équipe du challenge de planche à voile Wind2Win, ont partagé une étude sur la concentration de micro-plastiques et d'oxygène dans la mer noire en fonction des années. Site Internet : http://wind2win.com/

Site Internet de Greenpeace Bulgaria : https://www.greenpeace.org/bulgaria/

Arrêtons de bétonner nos rivières !

Le 06 Août 2019, M. Patrice Pautrat, chargé d'Interventions spécialisé de l’Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse a rencontré l’équipe de WWF Bulgarie, M. Georgi Stefanov, Responsable Climat et Energie, M. Philip Penchev, expert Eau et Mme Aglika Geogieva - Experte Environnement de la société Sofproekt. Le but de la rencontre était d’échanger sur les problématiques de la gestion des rivières en milieu urbain.

Le lieu de rendez-vous était la rivière Gorna Banya, près du stade Slavia au sud-ouest de Sofia. Cette rivière a été complétement bétonnée sur une distance de 500 mètres il y a cinq ans. Le plus vieux tronçon date d’il y a 25 ans.

Les plaques de ciment recouvrent le lit de la rivière, réduite à un mince filet d’eau au centre. Des herbes folles se fraient malgré tout un chemin entre les dalles. Pour ralentir la vitesse de la rivière, de grands bacs ont été construits, peu à peu transformés en véritables décharges de plastiques, vieux pneu, chaussures et vêtements abandonnés. La décomposition de ces déchets provoque la libération de méthane qui éclate en petites bulles à la surface.

Georgi Stefanov explique « Ce tronçon est au plus près de la source, qui se trouve à 2/3 km en amont, dans la montagne Vitosha, il n’y a plus d’habitants après ces 500 mètres. C’est ce tronçon-là qui cause tous les dégâts de pollution de la rivière en aval. Avant ici il y avait des bouleaux, des saules… ».

Plusieurs déversoirs d’orages se jettent dans la rivière, eaux de pluies mais pas seulement, des pieds de tomates poussent dans les rigoles, symbole des rejets domestiques dans l’eau.

En aval, l’argile recouvre les berges, les cailloux sont tous bloqués dans les bacs en amont et ne peuvent plus réguler les dépôts d’argile, provoquant une accumulation qui rend stérile le fond de la rivière.

Patrice Pautrat témoigne « Il faut arrêter de bétonner nos rivières quelques soit les cas. Malheureusement nous sommes peu à penser comme ça. La seule façon de changer ça c’est à l’école, par la pédagogie ».

Cette prise de conscience a eu lieu en France en 2003 après les gros dégâts provoqués par des inondations dues au bétonnage des rivières. Il s’agit aujourd’hui de rendre un usage social à un espace auparavant abandonné. Les réaménagements des berges du Rhône à Lyon sont un exemple de la réussite sociale et politique de tels projets. L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse participe actuellement à une opération de restauration environnementale du cours d’eau de l’Yzeron d’une ampleur rare à l’échelle internationale, plus de 5 km. https://www.riviere-yzeron.fr/lyzeron-vu-par-lagence-de-leau/

« Au-delà de leur efficience sur le bon fonctionnement des milieux aquatiques, ces projets remplissent des objectifs multiples : la nature revient en ville, les paysages sont embellis, les riverains sont mieux protégés du risque inondation. Cette vision intégrée du rapport à l’eau en milieu urbain peut et doit inspirer d’autres territoires. Elle constitue également une réponse intelligente aux enjeux du réchauffement climatique. » Patrice Pautrat.

En Bulgarie, depuis quelques accidents mortels dus aux inondations, des groupes de travail pour la gestion des bassins hydrauliques ont été formés avec des représentants de la société civile.

En 2020, WWF et Sofproekt s’engagent sur un gros projet. La municipalité de Sofia souhaite aménager les berges de la rivière Iskar de manière durable sur 25 km, en créant un parc avec des petits lacs artificiels.

Patrice Pautrat approuve l’idée « On peut imaginer un axe de nature qui rentrerait dans la ville vision à 2040. Il s’agit de définir un projet qui fasse rêver les habitants de Sofia. »

 

  • Jeunesse et environnement

La Fondation Trotoara travaille avec les adolescents sur de nombreux projets (sport, musique, arts plastiques…) et met à disposition un lieu gratuit, encore en rénovation, pour que les jeunes puissent se retrouver et créer, développer des projets en étant soutenus et guidés par des volontaires.

Développement de la coopération entre municipalités françaises et bulgares

Une délégation composée de trois maires français d’une communauté de communes de la région Bourgogne Franche Comté a effectué un déplacement en Bulgarie fin mai pour des rencontres avec la directrice de l’Association nationale des municipalités bulgares, Silvia Guéorguieva, ainsi qu’avec les maires des municipalités de Tchavdar, Pentcho Guérov, et de Gorna Malina, Anguel Zhilanov. Le but de cette mission était de prendre connaissance du fonctionnement administratif et politique de la Bulgarie au niveau local afin de préparer la tenue de la rencontre annuelle de quatre-vingts maires d’une communauté de communes (ancien pays Puisaye Forterre) de la région de Bourgogne Franche Comté qui aura lieu à Sofia les 4,5,6 novembre 2019. Cette rencontre sera l’occasion de développer des projets de coopération entre les communes dans le domaine du tourisme durable, de la mise en valeur du patrimoine, et d’échanger sur les défis communs (gestion des déchets notamment).

Echanges sur le fonctionnement des municipalités entre des Maires français et leurs homologues bulgares

Une délégation composée de trois maires français d’une communauté de communes de la région Bourgogne Franche Comté a effectué un déplacement en Bulgarie fin mai pour des rencontres avec la directrice de l’Association nationale des municipalités bulgares ainsi qu’avec les maires des municipalités de Tchavdar et de Gorna Malina.

Le but de cette mission était de prendre connaissance du fonctionnement administratif et politique de la Bulgarie au niveau local afin de préparer la tenue de la rencontre annuelle de quatre-vingts maires d’une communauté de communes (ancien pays Puisaye Forterre) de la région de Bourgogne Franche Comté qui aura lieu à Sofia les 4,5,6 novembre 2019.

La directrice de l’Association nationale des municipalités bulgares, Mme Silvia Guéorguieva, a accueilli la délégation française et a présenté de manière exhaustive le système de gouvernance locale actuelle – le découpage administratif de la Bulgarie, la structure des municipalités, le mode d’élection des maires et des conseillers municipaux, le budget d’une municipalité etc.

Mme Guéorguieva a également mentionné une nouvelle plateforme européenne pour des échanges gratuits entre les collectivités territoriales européennes de marchandises, de prestations, de volontaires et de contacts avec des entreprises. Cette plateforme sera opérationnelle à partir de novembre 2019.

La visite s’est poursuivie avec la rencontre du maire de la ville de Tchavdar, M. Pentcho Guérov, et de ses équipes. M. Guérov a présenté brièvement à la délégation française les enjeux de la municipalité. Il a souligné le fait que la ville de Tchavdar (municipalité de 1300 habitants à une centaine de kilomètres à l’est de Sofia) est une petite ville qui a réalisé différents projets européens à hauteur de 14 millions de lévas (7 millions d’euros) : développement de l’emploi, construction d’un réseau d’eau potable et d’assainissement, réhabilitation de toutes les routes et de nombreux bâtiments de la ville. La politique pour le développement du tourisme est une priorité pour la ville de Tchavdar. La délégation française a pu visiter le centre folklorique interactif de Tchavdar et prendre connaissance avec les traditions et les rites bulgares.

La délégation française s’est ensuite rendue dans la ville de Gorna Malina (municipalité de 5,000 habitants à 25 kilomètres à l’est de Sofia) où elle a été accueillie par le maire, M. Anguel Zhilanov. Monsieur Zhilanov a souligné que la municipalité est une ville verte et écologique (40% du territoire de la municipalité fait partie du réseau Natura 2000), que c’était la première municipalité qui avait organisé un référendum pour sonder l’opinion publique sur l’installation des entreprises avec une production polluante sur le territoire de la ville. La municipalité de Gorna Malina a déposé sa candidature auprès du Réseau européen des municipalités avec zéro déchets. Cette municipalité est aussi exemplaire pour l’utilisation des fonds européens – réalisation de 17 projets à hauteur de 15 377 346 lévas (environ 7.7 millions d’euros). La municipalité développe l’écotourisme, le tourisme culturel et de pèlerinage mais également le tourisme cynégétique. Durant l’été de par sa proximité avec Sofia, Gorna Malina attire de nombreux Sofiotes et voit sa population quadrupler.