Travailler pendant ses études

Les étudiants étrangers qui souhaitent travailler en France doivent avant tout être inscrits dans un établissement ouvrant droit au régime étudiant de la Sécurité sociale.

La réglementation

Tout étudiant étranger originaire d’un pays de l’Espace économique européen peut travailler pendant ses études sans avoir à demander d’autorisation provisoire de travail (APT).

La durée hebdomadaire légale du travail en France est de 35 heures en moyenne annuelle. La législation française autorise les étudiants étrangers à travailler au maximum de 964 heures dans l’année. Cela correspond à 60% de la durée annuelle légale du travail (nouvelles dispositions en vigueur depuis le 1er juillet 2007). On considère en effet qu’un étudiant ne peut concilier études et travail à temps plein.

Il existe en France un salaire minimum, le SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) dont le montant est de 9,67 euros bruts (c’est à dire avant prélèvement des cotisations sociales obligatoires, environ 20%) par heure de travail effectif.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les sites :

 

 

http://www.service-public.fr

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F13519.xhtml

http://www.travail.gouv.fr

Des idées

La garde d’enfants reste un moyen sûr de gagner un peu d’argent. C’est souvent par le bouche à oreille que l’on trouve une famille ayant besoin d’une ou d’un « baby sitter ». Il existe également des agences spécialisées qui jouent le rôle d’intermédiaires entre les parents et les étudiants.

Pourquoi ne pas donner des cours de langue ? Selon la langue, la demande peut être forte (anglais, allemand, espagnol…). Pour essayer de trouver des élèves, on peut, après en avoir demander l’autorisation, placer des petites annonces chez les commerçants de son quartier ou sur les panneaux d’affichage des écoles.

Autre piste très classique et... très fatigante : distributeur de prospectus. Pour trouver des entreprises qui font appel à des étudiants, on peut consulter les pages jaunes de France Télécoms à la rubrique « distribution d’imprimés ». http://www.pagesjaunes.fr

Devenir bêta-testeur de jeux vidéos ou de logiciels peut être une façon amusante de compléter ses ressources ­financières. Pour tenter sa chance il faut contacter directement les éditeurs.

Pour les passionnés d’Internet, il est possible de devenir « hotliner » : il s’agit de répondre au téléphone pour dépanner tous les internautes en herbe. La meilleure solution est de s’adresser aux fournisseurs d’accès comme Wanadoo, Club-Internet, AOL.

Où trouver des petits boulots ?

Le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ), publie chaque année un petit fascicule d’information qui donne nombre de pistes avec des adresses par secteur d’activité. http://www.cidj.asso.fr

Le site « Phosphore » donne également de l’inspiration à tous les étudiants et diffuse des annonces : http://www.phosphore.com

Les mutuelles étudiantes et les Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) diffusent souvent des petites annonces proposant des emplois pour étudiants. Pour se renseigner, il faut se rendre sur place.