Mort de Jean-Claude Carrière, conteur de mille et une vies

 

Immense homme de lettres, l’écrivain, scénariste et dramaturge, plume et compagnon des grandes œuvres de Buñuel, Peter Brook ou Godard, Jean-Claude Carrière vient de mourir et l’énigme reste entière :  y a-t-il un domaine, un élément, une histoire, un conte, une épopée qui échappait à sa curiosité ? Jean-Claude Carrière est mort et ce n’est pas une bibliothèque que l’humanité perd, mais des milliers, en toutes langues et sur tous les continents, en particuliers indiens, africains, et les terres sud-américaines. L’énigme est sans résolution : Jean-Claude Carrière, né le 17 septembre 1931 «dans une maison sans livres» disait-il, était susceptible de se passionner pour tout.  

Conteur né, pédagogue surdoué,  Jean-Claude Carrière aura passé sa vie à explorer, communiquer, partager,  en griot des temps modernes, voué à « pouvoir tout dire à tout le monde ». 

La liste des cinéastes pour lesquels il a écrit est impressionnante, Il incarnait à lui seul la mémoire du cinéma européen.

Il voyait les scénarios comme des objets transitionnels qu’on oublie une fois le film produit. Il est démenti par les cinéastes comme Louis Malle,  Milos Forman,  Marco Ferreri,  Jean-Luc Godard,   Carlos Saura, Michael Haneke, Jacques Tati, Andrzej Wajda, Patrice Chéreau, Schlöndorff, Rappeneau.           

L’une de ses grandes complicités au cinéma aura été celle qu’il entretint avec Luis Buñuel, ami de20 ans. Scénariste de Le Journal d’une femme de chambre, à Cet Obscur objet du désir cultivant dix-neuf ans une complicité d’irrévérences, amoureux des blagues, des délires de l’imaginaire, de l’irruption de l’irrationnel, de l’irrévérence et des récits bousculant la dramaturgie traditionnelle.

Pour compléter sa passion pour le cinéma, JCCarrière écrit des chansons pour des films, pour Delphine Seyrig, Juliette Gréco, Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, Hanna Schygulla. 

Il a marqué l’histoire du théâtre

Passionné des planches, iI écrit lui-même des pièces, dont l’incontournable Controverse de Valladolid . 

Mais on se souviendra surtout des mises en scène de Peter Brook, ami fidèle  inspiré durant vingt-cinq ans par les  scénarios Carrière, dont Timon d’Athènes,  La Conférence des oiseaux,  La Tragédie de Carmen.

Et du son Mahabharata, poème épique  de la mythologie hindoue (« La plus haute montagne que j’aie jamais gravie, pleine de merveilles, de découragements et de pièges » disait JC Carrière ) : 9 heures de théâtre inoubliable dans la carrière Boulbon du Festival d’Avignon, fresque humaine extraordinaire interprétée par 25 comédiens de 16 nationalités différentes.

 

Photo : Wikipedia

Source : Libération