ECCE (H)OMO au Festival Antistatic 2019

ECCE (H)OMO

12 mai, 19h30, DNK (espace dédié à la danse contemporaine et à la performance)

1, place Bulgaria, en face des fontaines du sous-sol du NDK

De et avec: Paula Pi (France/Brésil)

Regard extérieur, accompagnement et scénographie : Pauline Brun
Dramaturgie et costume : Pauline Le Boulba
Création lumière : Florian Leduc
D’après une chorégraphie originale de Dore Hoyer (musique: Dimitri Wiatowitsch) - © Deutsches Tanzarchiv Köln
Transmission des danses: Martin Nachbar
Production: BureauProduire / Claire Guièze et Cédric Andrieux

Durée: 60 min.

Spéctacle en langue anglaise.


↪ Le spéctacle sera suivi d'un échange entre les artistes et le public, modéré par Anguelina Gueorguieva ↩

Billets: 10 BGN en prévente, 15 BGN le jour du spéctacle

 

 

Le spectacle est présenté grâce au soutien de l'Insitut français de Bulgarie et du programme Teatroskop initié par l’Institut français, le Ministère de la culture et le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères français.

Description

Passer d’un corps à l’autre, d’une langue à l’autre, d’une histoire à l’autre. ECCE (H)OMO est un désir de réfléchir en acte sur l’héritage en danse au travers d’une interprétation de l’œuvre Afectos Humanos de la chorégraphe allemande Dore Hoyer (1911-1967). Ce cycle crée entre 1959 et 1962 est composé de cinq courts solos. Cinq danses pour cinq affects : Ehre/Eitelkeit (Orgueil/Vanité), Begierde (Désir), Hass (Haine), Angst (Peur), Liebe (Amour). 

_________________________________________

ECCE (H)OMO célèbre la rencontre passionnante entre Paula Pi, jeune chorégraphe brésilienne, et Dore Hoyer (1911-1967), figure marginale de la danse allemande.

C’est à Sao Paolo que Paula Pi découvre un enregistrement télévisé de la chorégraphe dansant un cycle de solos intitulés Afectos Humanos, incarnation de différents affects : la haine, le désir, la peur, la vanité, l’amour….

Fascinée par la puissance du travail de l’artiste, Paula Pi part de cette vidéo pour mener une enquête qui la conduit bien au-delà de la simple restitution dansée. Musicienne classique de formation, Paula Pi envisage l’interprétation de cette œuvre comme un champ de création, une opportunité de passer d’un corps à l’autre, d’une langue à l’autre, d’une histoire à l’autre. 

En ce sens, ECCE (H)OMO est aussi une recherche sur l’identité, d’autant plus intéressante que Dore Hoyer avait la volonté de créer des gestes universels, qui ne soient ni masculins, ni féminins. Paula Pi s’empare de la question avec intelligence, joue de son androgynie et du travestissement pour troubler la notion de genre.

La pièce captive par la beauté des danses et par les différents niveaux de lectures qu’elle met en jeu : passé et présent, héritage et création, réalité et fiction.

Teaser Ecce Homo from Morgad Le Naour on Vimeo.