L'intelligence artificielle : vers un nouvel ordre humain

Conférences-débats scientifiques en partenariat avec l’Université de Sofia "St. Clemént d'Ohrid"

Calendrier 2019

 

 

Renaissance, promesses et incidences sociales de l’intelligence artificielle

10 octobre, 16h00, 

Salle des Miroirs, Université de Sofia, Rectorat, Aile Nord, 2ème étage.

Entrée libre. Traduction simultanée français / bulgare

 

 

 

 

 

 

Après un rappel de l’histoire de l’intelligence artificielle depuis son origine, dans les années cinquante, puis des crises successives qu’elle a connues, nous exposerons ses orientations actuelles en mentionnant, entre autres, l’apprentissage machine (Machine Learning), l’apprentissage profond (Deep Learning) et le traitement de grandes masses de données (Big Data), qui expliquent le regain d’intérêt qu’elle suscite aujourd’hui. Nous indiquerons les raisons économiques pour lesquelles le traitement des masses de données apparaît aujourd’hui comme déterminant. Nous évoquerons aussi les applications de l’intelligence artificielle à la conception participatives, à la recherche d’information, à la santé, aux interfaces homme-machine, en particulier aux agents conversationnels, à l’industrie, aux technologies financières et à la réalisation de véhicules et d’armes autonomes.

Nous parlerons ensuite de la Singularité technologique, très en vogue aujourd’hui aux États-Unis, et des perspectives transhumanistes qu’elle sous-tend, en distinguant l’intelligence artificielle, au sens classique, de l’intelligence artificielle forte et de l’intelligence artificielle générale. Nous conclurons enfin par une réflexion d’ordre éthique sur les transformations sociales et politiques induites par le numérique en général et par l’intelligence artificielle en particulier, du fait en particulier, du rôle croissant joué par les « géants » du web comme Amazon, Facebook, Google et Apple. À cet effet, nous introduirons le concept de sousveillance qui nous paraît fournir une clef d’entrée extrêmement utile pour comprendre la réalité sociale et politique du monde actuel.

 

Jean-Gabriel GANASCIA est un informaticien et philosophe français. Il est professeur à l’Université Pierre et Marie Curie (Sorbonne université). Il a créé et dirigé le programme de recherches « Sciences Cognitives » pour le compte du Ministère de la recherche. M. GANASCIA est également Président du Comité d’éthique du CNRS.

 

---------

 

18 avril, 18h30 : Savons-nous qui est l’homme ? Le langage au risque des technologies numériques

Institut français de Bulgarie, salle Slaveykov. Entrée libre. 

 

"Selon les paléoanthropologues, l'humain est le résultat de la conjonction et de la coévolution de l'outil et de la parole. Mais qu'adviendrait-il si les techniques prétendaient écarter la parole, au motif qu'elle est immaîtrisable ou inutile ? La culture numérique, qui envahit tous les secteurs de la vie quotidienne, affiche l'ambition de remédier aux supposées imperfections du langage, grâce à la puissance du calcul et aux algorithmes. Quelles perspectives s'offrent à l'humain si la fonction symbolique qui le distingue des animaux et des robots, venait à lui être retirée par suite des exigences de ses machines ?"

 

 

Jean-Michel Besnier est un philosophe français, professeur émérite de l’Université Paris Sorbonne où il a créé le master Conseil éditorial et gestion des connaissances numérisées. Il est membre du Conseil scientifique de l’Institut des Hautes études pour la science et la technologie. Ses recherches concernent principalement l’impact philosophique et éthique des sciences et des techniques sur les représentations et les imaginaires individuels et collectifs. 

 

 

 

 

Vassil Vidinski est enseignant au département « Histoire de la philosophie » de l’Université de Sofia Saint-Clément d’Ohrid. Responsable du programme de master d’Histoire et contemporanéité de la philosophie, il est également membre d’East European Network for Philosophy of Science. Ses intérêts scientifiques sont dans le champ de la philosophie moderne, la philosophie des sciences et la philosophie de la culture. Il est l’auteur, entre autres, de l’ouvrage « Le seau de Newton face à l’arbre de Descartes. Typologies historiques » (2017) etc.

 

La discussion sera modérée par Irina Nedeva, journaliste, Radio nationale bulgare.

Traduction simultanée français / bulgare.

Dossier numérique (187 KB, PDF)

---------

28 février, 18h30 : Pierre Mounier-Kuhn, historien, CNRS & Sorbonne Université, Paris

salle Slaveykov, Institut français de Bulgarie

 

L'intelligence artificielle : une longue histoire

L'idée de mécaniser la pensée fut d'abord un thème littéraire et artistique, avant de devenir un problème de logique mathématique, et enfin un projet
d'ingénieurs. Comme programme de recherche, l'intelligence artificielle est née dans la décennie suivant la Deuxième guerre mondiale avec la
cybernétique, les réflexions d'Alan Turing et le colloque de Dartmouth. Elle a traversé ensuite des cycles d'enthousiasme et de déception, divisée
entre approches rivales et affrontant des critiques mordantes, puis s'est établie durablement à la fin du XXe siècle dans la science, la technique et les usages.

 

 

Entrée libre. Traduction simultanée français / bulgare

Affiche et dossier numérique