LES YEUX BLEUX CHEVEUX NOIRS d'après le roman éponyme de Marguerite Duras et des extraits du poème de Vladislav Hristov "Lettres à Lazare"

Première, Théâtre Vazrazdane, 31 mars, vendredi, 19h00

(langue : bulgare, sans sous-titres)

 

Mise en scène: Iréna Ivanova

Scéonographie et costumes : Iréna Ivanova

Peintres des costumes : Iva Yankoulova et Raphaéla Raphaélova

 

Avec:

Dariya Mitouchéva - la femme

Nikolay Markov - l'homme

Avec la participation spéciale de Vélizar Binev en voix off

 

Chorégraphe : Miroslava Zahova

Musique : Musique indonésienne traditionnelle

Piano - Snézana Bahtchévanova

Le projet est réalisé avec l'aimable soutien de l'Institut français, l'Ambassade de la République d'Indonésie, la Nouvelle université bulgare et Voice Academy.

______________________________________  

"ouvre ton coeur Lazare je t'attends depuis plusieurs siècles dans ma barbe poussent des chênes et des perce-neiges de mes jambes pendent des coquilles noires brillantes ma tête est une pierre sur laquelle les puffins font leur nid maintenant je ne suis plus ô Lazare je me suis uni à tout ce qui t'entoure quand tu touches à quelque chose c'est moi que tu touches quand tu te touches c'est encore moi que tu touches Lazare!

...

le soleil est loin l'habit que tu portes est tout trouillé Lazare le vent rempli ton corps creux à son fond les fers de cheval retentissent dans le rythme que mes mains bercent tu te détends comme un nourrisson

...

tu dors encore alors qu'il est midi Lazare je marche doucement pour ne pas te réveiller dans ce lit où tu as enterré ton ombre tu n'attends pas une résurrection je vois comment tes veines sortent de leur cours ordinaire comment la sémence rouge se disperse partout et les femmes conçoient des enfants morts...."

Extraits des "Lettres à Lazare" de Vladislav Hristov, utilisées dans la pièce.

__________________________________________

Un homme tombe amoureux des yeux d'un étranger inconnu. Une femme emmène l'étranger et ils se perdent dans la foule. L'homme est ruiné. Il le cherche. Plus tard, il rencontre cette même femme dans un café au bord de la mer mais il ne la reconnaît pas. La femme ressemble à l'étranger et à lui-même - les trois ont les yeux bleus, les cheuveux noirs. Il lui propose de la payer pour la voir chaque soir. C'est seulement de cette façon qu'il peut garder le souvenir de l'étranger perdu. Elle accepte. 23 nuits blanches s'ensuivent. La première commence le 31 mars au Théâtre Vazrazdane.

C'est une histoire érotique qui parle du désir en tant que mort. De la tentative d'imposer le désir. Les héros de l'histoire parlent la langue de Duras - laconique et abstrait, née des creux à l'intérieur de nous. La langue d'un étranger dans son propre pays, de deux personnes, fermées dans la chambre d'une obsession.

Deux âmes perdues cherche l'Etranger qui regarde avec les yeux de Dieu que l'on retient de plus en plus difficilement dans notre vie...

Vous pouvez acheter vos billets en ligne en cliquant ici, en composant le 0887 333 112 (pour envoi par courrier) ou bien directement aux caisses d'Office1superstore, Fastpay, librairies Booktrading etc.  -  www.bilet.bg/каси/