«Histoires sans importance du passé» 3

vendredi, 3 février, 19h00 - Institut français - Salle Slaveykov

En partenariat avec Kinofabrika dans le cadre du cycle de documentaires bulgares « Histoires sans importance du passé », l'Institut français vous propose les films "La Ferme" et "Panthéon" de Malina Petrova. 

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Les films sont en langue bulgare sans soutitres

 

Malina Pétrova, réalisatrice

LA FERME, 1988, 36'

Malina Pétrova (réalisatrice), Mariya Zhéléva (scénariste), Christo Dimitrov (caméra)

Pétar Pazatchev devient "Héros de l'édification du socialisme" en 1951. Il est le "héros" le plus jeune - il a alors seulement 16 ans. Qu'est-ce que lui apporte cette récompense, comment a-t-elle fait changer sa vie, en quoi a-t-elle influencé la vie des autres - ce sont les sujets dont nous parle ce film.

 

Les observations concrètes de l'élevage du bétail sont chargées d'anxiété morale et de pathos critique. Comme "Il n'y a pas de coupables" (1986) et "Panthéon" (1987), "La Ferme" est officieusement interdit et l'on ne peut plus voir ce film que lors de projections privées.

 

 

 

PANTHEON, 1987

Malina Pétrova (scénariste et réalisatrice)

En 1987, un groupe d'élèves vandalise le "Panthéon des morts contre le fascisme" dans le grand jardin public du bord de mer à Bourgas. En raison de la position sociale et de l'autorité de leurs parents, l'affaire est étouffée et le tournage de l'enquête documentaire arrêté.

Les auteurs du film convoquent un conseil artistique de personnalités du monde de cinéma - Christo Kovatchev, Anguel Vaguentstein, Guéorgui Dyulguérov, Todor Andreykov et Bozidar Manov - qui examineront les images filmées et décideront du sort du film.