Mort du philosophe français Jean-Luc Nancy

Jean-Luc Nancy, professeur de philosophie à l’université de Strasbourg et membre du Collège international de philosophie, est mort à l'âge de 81 ans.

Il était l’un des plus importants philosophes contemporains, le « pont » entre la génération des Deleuze, Derrida, Levinas, Lyotard et celle des penseurs d’aujourd’hui, ceux qui continuent à interroger les modalités de construction d’une société moins brutale ou injuste, et les possibilités de coexistence des individus.

Il est l’auteur d'une œuvre foisonnante– plus de deux cents titres parus – d’une grande variété de thèmes traités, de la littérature à la politique, en passant par l’histoire de la philosophie, la psychanalyse, l’art, la religion, la sexualité ou, récemment, la pandémie de Covid-19 (Un trop humain virus, Bayard, 2020). 

L'œuvre de Jean-Luc Nancy offre une large place à la question de la communauté, concept auquel il consacra plusieurs ouvrages dont la trilogie La Communauté désœuvrée (Bourgois, 1986), La Communauté affrontée (Galilée, 2001) et La Communauté désavouée (Galilée, 2014). Comment retrouver le sens du politique tout en se défaisant du fantasme de la parfaite communion des êtres ? Comment penser le commun après l'effondrement des grandes idéologies politiques ?

La démocratie ? une « forme en transformation », irréductiblement ouverte et, par conséquent, apte à nous faire entrer dans ce « temps de mutation » où nous vivons désormais. Un temps où, dès lors, toute la question sera de « saisir la chance d’un monde nouveau ».

En dépit de la dissolution des utopies et des certitudes, le philosophe continue d'explorer ce qui nous lie. Cela passe notamment via l'art, la création, des thèmes qu'il explore dans Les Muses (1994), La Beauté (2009) et de plusieurs livres en dialogue avec des artistes : les peintres Simon Hantaï et François Martin, le cinéaste Abbas Kiarostami ou encore la chorégraphe Mathilde Monnier.

Car « La pulsion qui pousse vers la philosophie n’est pas unique, elle est semblable à celle qui pousse vers la littérature, vers des pratiques artistiques, vers la danse, vers le jeu. S’il y a une chose que j’ai toujours eu envie de faire c’est jouer, au théâtre ou au cinéma ». Jean-Luc Nancy.

 

Photo : Aurimages via AFP