Quelques heures de printemps

Samedi 13 mai, 16h00

2012, 1h 48 min

Réal.  Stéphane Brizé, Scénario : Stéphane Brizé, Florence Vignon, Image : Antoine Héberlé, Montage : Anne Klotz Musique : Nick Cave & Warren Ellis, Avec : Vincent Lindon, Hélène Vincent, Emmanuelle Seigner

Alain sort de prison après 18 mois de d’incarcération, pour un minable trafic de drogue. Il n’a d’autre choix que de retourner vivre chez sa mère. Ce qu’il ignore est qu’elle soit atteinte d’une maladie incurable et qu’elle a pris la décision d’effectuer un suicide assisté, en Suisse.  

Le réalisateur Stéphane Brizé s’appuie sur quelques éléments clés pour construire l’histoire : le rapport à la mère, la maladie, la mort. Mais ce n’est pas un film dédié à ces thèmes, le vrai sujet du film, dit le réalisateur, est ’’une histoire d’amour entre un fils et sa mère. Une histoire d’amour encombrée d’une douleur profondément enkystée chez ces deux êtres incapables d’exprimer leur sentiments’’.  

C’est la troisième fois que Stephane Brizé choisit Vincent Lindon pour le rôle principal. Il explique son parti pris : ’’Vincent est plein d’une mélancolie qui me touche profondément et dans laquelle je projette la mienne… Sur un plateau c’est une force de la nature. Organique, volcanique, hyper intuitif, honnête, toujours en questionnement… ’’

 

 

’’Quelques jours de printemps’’ est filmé presque entièrement en plans séquences, ce qui crée un espace où une authenticité rare peut émerger.

Nommé aux Césars 2014 dans les catégories de meilleur acteur, meilleure actrice, meilleur réalisateur et meilleur scénario.